Images de page
PDF
ePub

malfaisants ou nuisibles, n. 58 et s.; Pand. Rép., v Chasse, n. 394 et s.

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL. V. 2 et s., 12 et s., 16. 4. (Bail. Propriété indivise). Si l'un des copropriétaires d'un domaine ne peut, sans l'autorisation des autres copropriétaires, accorder à un tiers le droit de chasser concurremment avec lui sur le domaine indivis, cette autorisation n'est pas nécessaire pour qu'un des copropriétaires donne à bail à un tiers son droit de chasse sur la propriété indivise, en se dépouillant lui-même complètement de ce droit. Angers, 14 mars 1913. 2.200

5. Et, lorsqu'un des indivisaires a donné à bail à un tiers, dans ces conditions, son droit de chasse sur la propriété indivise, le fermier de la chasse ne commet pas le délit de chasse sur le terrain d'autrui, en chassant sur le domaine commun sans l'autorisation des autres copropriétaires. Ibid.

6. ... Et ce, encore bien que le droit de chasse sur ce domaine ait ultérieurement fait l'objet d'un bail consenti à un tiers par tous les copropriétaires.

[ocr errors]

Ibid.

[blocks in formation]

10. L'emploi de tels engins, alors même que celui qui en fait usage prétendrait avoir eu exclusivement pour but de détruire des bêtes fauves, constitue le délit de chasse à l'aide d'engins prohibés. - Ibid.

[ocr errors]

11. Spécialement, se rend coupable d'un délit de chasse le garde particulier, qui, sous prétexte de chercher à détruire des sangliers, dispose, dans le bois soumis à sa surveillance, des collets susceptibles de capturer le gibier, et notamment les chevreuils. Ibid.

Comp. Rép., yo Chasse, n. 1167 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 387 et s.

12. (Chasse à courre). La chasse à courre doit s'entendre d'une chasse qui est faite à cheval et avec des chiens courants, et cette expression ne saurait avoir un sens différent dans les arrêtés préfectoraux qui réglementent la chasse à courre, et qui, notamment, en prolongent la durée au delà de la fermeture de la chasse. Nancy, 9 novembre 1911. 2.139

-

13. Spécialement, on ne saurait considérer comme chassant à courre, et comme pouvant, à ce titre, bénéficier de la prolongation autorisée par le préfet pour la chasse à courre, l'individu qui, à pied et porteur d'un bâton, appuie ses chiens Ibid. courants qui poursuivent un lièvre.

14. Un pareil fait constitue un délit de chasse en temps prohibé, et non pas seulement la contravention de divagation de chiens. - Ibid.

15. Mais jugé, en sens contraire, que, la chasse à courre étant celle qui se pratique au Imoyen de chiens qui suivent le gibier et parviennent à le forcer, il n'est pas indispensable que les chiens soient accompagnés de veneurs à cheval; la chasse à courre peut être pratiquée, à l'aide de chiens, par des chasseurs non Inunis d'armes à feu. Bordeaux, 19 juin 1901, en note sous Nancy. 2.139

16. Spécialement, ne commet pas le délit de chasse en temps prohibé l'individu qui, pen(Tables. 1913.)

dant la période durant laquelle la chasse à courre a été autorisée par arrêté préfectoral, après la fermeture de la chasse, a été trouvé à pied et porteur d'un bâton, appuyant ses chiens courants qui chassaient un lièvre. Ibid. Comp. Rep., ° Chasse, n. 902 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n, 1296.

CHASSE EN TEMPS PROHIBÉ. V. 3, 14, 16. CHIENS. V. 12 et s., 15 et s., 28. CHIENS COURANTS. V. 12 et s.. 15 el s. 17. (Claqueurs). Tout propriétaire a le droit d'employer des « claqueurs », pour empêcher le gibier existant sur ses terres de passer dans les propriétés voisines. Amiens, 7 février 1912.

[ocr errors]

2.83

18. Toutefois, il excède son droit, et encourt une condamnation à des dommages-intérêts envers les propriétaires lésés, si les claqueurs, apostés à la limite extrème des terres sur lesquelles il a le droit de chasse, se livrent du matin au soir, pendant la période d'ouverture de la chasse, à un charivari assourdissant, de nature à troubler le repos des propriétaires des habitations voisines, et qui leur cause ainsi préjudice. Ibid.

Comp. Rép., v° Chasse, n. 322 et s.; Pand.
Rép., eod. verb., n. 220, 1513 et s.
COLLETS. V. 11.

COPROPRIÉTAIRES. V. 4 et s.
DELEGATION. V. 1 et s.

DÉLIT. V. 3, 5, 7, 10 et s., 14, 16, 24 et s., 26 et s., 28 et s.

DELIT COMMIS A L'ÉTRANGER. V. 25.
DENONCIATION. V. 25.

DIVAGATION DES CHIENS. V. 14.
DOMMAGES-INTÉRÊTS. V. 18.

[blocks in formation]

22.

21. ... Notamment à l'aide de grains empoisonnés répandus sur le sol d'un jardin. - Ibid. Comp. Rép., v° Chasse, n. 1008 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 346 et s., 428 et s. (Engins prohibés). Constituent des engins prohibés, au sens de l'art. 12 de la loi du 3 mai 1844, les filets dits « panneaux », qui, établis en forme de poches à larges mailles, ne permettent pas au gibier qui s'y prend de se dégager, et qui sont susceptibles de procurer par euxmêmes, indépendamment de tout autre mode licite de chasse, la capture du gibier, et d'en assurer la possession immédiate à celui qui en fait usage. Paris, 28 février 1913 (motifs). 2.315

23. Mais il en est différemment des simples filets à mailles serrées, sans poches, tendus verticalement, et formant une enceinte dans laquelle le gibier se trouve enfermé, et qui n'en procurent pas, par eux-mêmes, la capture, les chasseurs devant, pour s'en assurer la possession, le poursuivre et le tirer dans l'espace circonscrit par les filets. Paris, 28 février 1913, précité.

Comp. Rep., v° Chasse, n. 316 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 1452, 1455 et s.

V. 9 el s.

FERMIER. V. 1 et s.. 5, 8.
FILETS. V. 22 et s.

GARDE PARTICULIER. V. 11.
GOUVERNEMENT ÉTRANGER. V. 25.
LAPIN. V. 3.
MAIRE. V. 2 el s.
PANNEAUX. V. 22.
PERMISSION DE CHASSE. V. 4 el s.
PIGEONS. V. 20.
PLAINTE. V. 25.

POINT DE DÉPART DE LA PRESCRIPTION. V. 24 et s. POISON. V. 21.

[blocks in formation]

POSSESSEUR. V. 1 et s. POUVOIR DU JUGE. V. 26 et s. PRÉFET. V. 2 et s. PREJUDICE. V. 18. 24. (Prescription.· disposition de l'art. 29 de la loi du 3 mai 1844, qui fixe le point de départ de la prescription de trois mois, édictée pour les délits de chasse, au jour où le délit a été commis, a une portée générale et absolue, comme celles des art. 637 et 638, C. instr. crim., dont elle n'est que l'application. Cass., 22 juillet 1910.

1.410

25. Cette disposition ne fait aucune distinction pour le cas où il s'agit d'un délit dont la poursuite est subordonnée, soit à une plainte de la partie lésée, soit à une dénonciation officielle du gouvernement étranger sur le territoire duquel le délit a été commis, soit enfin à tout autre motif, d'où il résulterait que le ministere public n'a pas eu connaissance du délit et a été dans l'impossibilité d'agir. Ibid. Comp. Rép., v Chasse, n. 1897 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 2081 et s.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

26. (Temps de nuit). L'art. 9 de la loi du 3 mai 1844, qui a limité au «< jour» le droit de chasser, a employé le mot « jour », non pas dans son sens astronomique, mais dans sa signification la plus usuelle et la plus large, en laissant aux tribunaux, à ce point de vue, un entier pouvoir d'appréciation. Paris, 25 avril

1913.

2.208

27. Spécialement, un fait de chasse ne saurait être considéré comme ayant été commis la nuit, si le procès-verbal constate qu'au moment où le prévenu a été trouvé en attitude de chasse, il faisait clair », et que l'« on voyait suffisamment pour chasser », bien que le soleil ne fût pas encore levé. Ibid. Comp. Rép., v Chasse, n. 1468 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 1045 et s.

TEMPS PROHIBÉ. V. 3, 14, 16. 28. Terrain d'autrui). Le seul fait d'être accompagné par un chien sur un territoire de chasse appartenant à autrui ne constitue pas, de la part du propriétaire de cet animal, une infraction à la loi du 3 mai 1844, alors que ce chien ne s'est livré à aucun acte de quête ou de recherche du gibier et n'a pas cessé de demeurer à proximité de son maître. Cass., 20 avril 1912.

[blocks in formation]

1. (Frais d'entretien. Propriétaires riverains. Droit d'usage. Renonciation partielle. Indivisibilité). L'art. 37 de la loi du 20 août 1881, permettant au propriétaire riverain d'un chemin d'exploitation de s'affranchir de toute contribution aux travaux d'entretien par une renonciation à ses droits d'usage ou de propriété sur ce chemin, suppose que la renonciation porte sur les avantages que l'utilisation procurait à l'ensemble du domaine. Cass., 22 janvier 1912. 1.124

2. En effet, le droit de passage est en luimême indivisible, et il n'est pas possible, lorsqu'il est exercé par un riverain d'un chemin,

6

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Chemin d'exploitation, n. 48 et s.; Pand. Rép., v° Chemins privés, n. 117 et s., 138 et s.

[ocr errors]
[ocr errors]

6. (Mise en état de viabilité. Juge de paix. Contestations portant sur la propriété. Empiétement." Incompétence.) Le juge de l'action n'étant juge de l'exception qu'autant que la décision qu'il est appelé à rendre sur cette dernière ne le fait pas sortir de ses attributions, le juge de paix, compétent pour ordonner des travaux d'entretien et de remise en état de viabilité d'un chemin d'exploitation, ne peut, par voie d'exception, trancher des questions de propriété ou de servitude. Cass., 22 janvier 1912.

1.124

7. Spécialement, le juge de paix, saisi d'une demande tendant à la mise en état de viabilité d'un chemin d'exploitation, n'est pas compétent pour statuer sur des conclusions prises par un des riverains, et tendant à faire décider qu'un autre riverain a exhaussé sans droit le chemin, et en a indùment réduit l'assiette par ses empiétements. Ibid.

Comp. Rép., v Chemin d'exploitation, n. 48 et s.; Pand. Rép., v Chemins privés, n. 117 et s., 138 et s.

[blocks in formation]

3. Par suite, ne viole aucune disposition légale, et fait une exacte application des principes de droit en matière de responsabilité et de compétence, l'arrêt qui reconnaît au voyageur blessé dans un accident de chemin de fer, étant donné le caractère contractuel de la responsabilité de la Comp., le droit d'agir en dommages-intérêts contre celle-ci en vertu de l'art. 1147, C. civ., et déclare compétent, pour statuer sur cette action, le tribunal du lieu le prix du billet a été payé et où le contrat de transport a été formé. Ibid.

4. Jugé également que la Comp. de chemins de fer, qui délivre un billet à un voyageur, prenant l'obligation de transporter ce voyageur sain et sauf à destination, en cas d'accident

survenu au voyageur, par suite d'un tamponnement, au cours du voyage par lui accompli, la responsabilité de la Comp. naît du contrat de transport, et c'est le tribunal dans le ressort duquel est située la gare où le billet a été délivré qui est compétent pour connaître de l'action en dommages-intérêts intentée, à raison de cet accident, par le voyageur contre la Comp. de chemins de fer. Agen, 19 juin 1912.

[ocr errors]

2.20 5. On ne saurait, en effet, admettre que, s'agissant d'un contrat unique de transport, intervenu pour le transport d'un voyageur et de ses bagages, l'action soit soumise à des règles de compétence différentes, en ce qui concerne les avaries éprouvées par les bagages, d'une part, et, d'autre part, les accidents éprouvés par les voyageurs. Ibid.

6. Jugé par application du même principe que, l'action en responsabilité intentée contre le voiturier par un voyageur blessé au cours du transport ayant pour fondement une faute contractuelle, il s'ensuit qu'en cas d'accident survenu à un voyageur au cours d'un transport en chemin de fer, la Comp. de chemins de fer doit, pour dégager sa responsabilité, prouver que l'accident est dû au cas fortuit, à la force majeure, ou à toute autre cause qui lui est étrangère. Pau, 11 décembre 1912.

2.39

7. La Comp. de chemins de fer doit donc être déclarée responsable de l'accident, alors que, pour s'exonérer de la responsabilité, elle se borne à alléguer que l'accident, occasionné par une portière qui s'est rabattue sur la main du voyageur, serait dù à la faute du voyageur, qui avait laissé pendre sa main le long et en dehors du wagon, ce fait ne constituant pas une imprudence, dès lors que le voyageur n'avançait pas témérairement sa main sur la voie. Ibid.

[ocr errors]

8. Jugé encore que l'accident survenu à un voyageur pour une cause se rattachant à l'exécution du transport engage la responsabilité contractuelle de l'administration du chemin de fer. - Cass. Rome, 1er et 29 mars 1913 (motifs). 4.19 9. Il en est ainsi de l'accident survenu à un voyageur, qui est tombé d'un wagon, par suite de l'ouverture d'une portière mal fermée. Cass. Rome, 1er mars 1913, précité.

10. L'administration du chemin de fer est donc responsable de cet accident, à moins qu'elle ne prouve qu'il est dù à un cas fortuit ou de force majeure, ou à la faute du voyageur. - Ibid.

11. Au contraire, on ne peut considérer comme se rattachant au transport, ni comme arrivé pendant ou à l'occasion du transport, l'accident survenu avant le départ du train, à une enfant qui, échappant à la surveillance de sa mère, a manœuvré et renversé sur elle une échelle laissée dans une gare, dans un angle d'un corridor, en dehors du passage du public. Cass. Rome, 29 mars 1913, précité.

12. En pareil cas, le transporteur échappe à toute responsabilité, si la victime ne prouve pas que l'accident est dû à une faute de sa part. Ibid.

13. L'interdiction aux non-voyageurs de pénétrer, sans y être autorisés régulièrement, dans l'enceinte du chemin de fer, n'étant pas absolue, et ne s'appliquant pas aux personnes qui ont un intérêt légitime pour y pénétrer, notamment pour demander des renseignements à un chef de gare dont le bureau n'a d'accès que par le quai d'une gare, et, d'autre part, cette interdiction ayant pour objet de faciliter le service, et non d'assurer la sécurité des voyageurs, on ne saurait considérer comme une imprudence la rendant irrecevable à réclamer des dommagesintérêts à la Comp. de chemins de fer, à raison d'un accident dont elle a été victime pendant qu'elle stationnait sur le quai d'une gare, le fait d'une personne qui, trouvant un passage à niveau, contigu à une gare, obstrué par un train en détresse, avait pénétré sur le quai de la gare pour demander au chef de gare l'autorisation de traverser les voies pour pouvoir continuer sa route. Paris, 6 juillet 1912.

2.196

14. Les Comp. de chemins de fer, tenues

Cass.

-

d'assurer le service du transport des lettres et des dépêches sur toute l'étendue des lignes faisant l'objet de leur exploitation, sont obligées de se soumettre aux prescriptions que l'autorité compétente juge nécessaires à la bonne exécution du service. Paris, 3 mai 1906, sous 1.108 15. Ainsi, les commis des postes, qui ne sauraient, sans manquer à leurs devoirs, abandonner les dépêches dont ils ont la charge et la responsabilité, doivent être admis dans les voitures affectées à leur service avant la formation des trains. Paris, 3 mai 1906, précité. Paris, 4 mai 1907 (sol. implic.), en note sous Cass.

1.108

16. Et les Comp. doivent assurer la manoeuvre desdites voitures, dans lesquelles ont pris place les commis des postes, dans des conditions de nature à ne pas compromettre la sécurité de ces commis. Paris, 3 mai 1906, et Paris, 4 mai 1907, précités.

17. ... Elles sont, en conséquence, responsables des accidents occasionnés à ces commis par la maladresse et l'imprudence avec lesquelles la manoeuvre a été exécutée. Ibid.

--

18. Jugé également que, si les commis des postes ne peuvent être assimilés à des voyageurs ordinaires, et si l'accident est survenu avant la formation et le départ du train, en dehors par conséquent du transport dont la Comp. de chemins de fer s'est chargée dans son contrat avec l'Administration des postes, la Comp., obligée par le cahier des charges de sa concession, n'en est pas moins tenue de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des agents des postes. Paris, 4 mai 1907, précité.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

ACCIDENT ÉTRANGER AU TRANSPORT. V. 11 et s., 18, 53.

ACTE ADMINISTRATIF. V. 39.

ACTE LÉGISLATIF. V. 39 et s., 44 et s.
ACTION CIVILE. V. 54.

21. (Action en détaxe),

La rectification des erreurs de taxe au préjudice ou à l'avantage des Comp. de chemins de fer n'a d'autre conséquence que le paiement d'un complément de taxe dans un cas, et le remboursement de la surtaxe dans l'autre. - Cass., 27 mai 1913. 1.575 22. En effet, les tarifs, étant d'ordre public, sont réputés connus des parties. - Ibid.

23. L'on ne saurait donc mettre à la charge d'une Comp. la responsabilité d'une erreur commise dans la taxation d'une expédition. — Ibid.

Comp. Rep., v Chemin de fer, n. 2657, 2664, 2836 et 4030 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 5684, 5837 et s.

ACTION EN JUSTICE. V. 3 et s., 13, 48, 49, 53 et s., 77, 82.

ADJUDICATION. V. 77 et s.

ANIMAUX. V. 41, 94, 95 et s.

APPRECIATION SOUVERAINE. V. 19, 68 et s., 85, 94, 111 et s.

ARRÊTÉ MINISTÉRIEL. V. 59, 95, 98, 100. AUTORISATION ADMINISTRATIVE. V. 40, 44 et s.. 47, 88.

AUTORITÉ JUDICIAIRE. V. 39 et s.

AVARIE. V. 82, 87, 99, 102, 108 et s., 115. 24. (Bagages). Les art. 15, 16 et 44 des tarifs généraux de grande vitesse, qui règlent les conditions du tarif ad valorem, relatif au

[blocks in formation]

25. Par suite, le voyageur, qui fait enregistrer comme bagages des objets compris parmi ceux pour lesquels le tarif ad valorem s'appliquerait, s'ils faisaient l'objet d'une expédition distincte (en l'espèce, des bijoux), n'est pas astreint à faire la déclaration de valeur prévue par les articles précités. Ibid.

26. Mais, en cas de perte de colis enregistrés comme bagages, et contenant des bijoux non déclarés, la Comp., par application de l'art. 1150, C. civ., ne peut être tenue à réparer le préjudice que dans la mesure où elle a pu le prévoir. - ibid.

27. Les dispositions des tarifs, qui ont simplifié les formalités pour les bagages accompagnés, en les dispensant de la lettre de voiture et de la déclaration d'expédition, ne peuvent mettre obstacle à l'application de l'art. 1150. Ibid.

28. Ce n'est qu'autant que la Comp., en acceptant le transport des bagages, aurait renoncé à se prévaloir de l'art. 1150, que l'application de cette disposition devrait être écartée. Ibid.

29. Spécialement, une Comp. de chemins de fer ne saurait être condamnée à indemniser un voyageur de la valeur intégrale des bijoux contenus dans un sac à main qu'il avait fait enregistrer comme bagage, et qui a été perdu, alors que rien, ni la forme, ni les dimensions du sac, ni aucune autre circonstance, n'était de nature à laisser soupconner sa valeur. - Ibid.

30... Et alors que le voyageur a commis l'imprudence de faire enregistrer le colis, non seulement sans faire de déclaration ad valorem, mais aussi sans appeler l'attention des agents de la Comp. sur la surveillance que comportait un pareil colis, recommandation d'autant plus nécessaire que les services de la Comp. étaient, à ce moment, désorganisés par des inondations. Ibid.

31. Les juges, qui déclarent qu'un agent d'une Comp. de chemins de fer, en prenant possession d'une valise oubliée par un voyageur dans la salle d'attente d'une gare, a agi dans l'exercice de ses fonctions, décident à bon droit que la Comp. est responsable de la perte de cette valise, qui a été volée pendant qu'elle avait été laissée à la surveillance d'un de ses camarades par l'agent qui l'avait trouvée, et qui l'avait conservée dans l'espoir que propriétaire viendrait la réclamer. Cass., 26 décembre 1911.

son

1.220

32. Mais, la faute ayant été commune à la Comp. de chemins de fer et au voyageur propriétaire de la valise, il y a lieu de laisser à la charge de ce dernier une partie de la perte qu'il a subie. - Ibid.

Comp. Rép., vo Chemin de fer, n. 4353 et s., 4382 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 5251 et s., 5295 et s.

V. 5.

BAGAGES A LA MAIN. V. 31 et s.

BAGAGES ENREGISTRÉS. V. 25 el s.
BAISSE DES EAUX. V. 69.

BIJOUX. V. 24 et s., 29.

BILLET. V. 1, 3 et s., 33 et s.

33. (Billet Défaut de]). Le fait de voyager sans billet s'entend nécessairement du voyage complet, depuis le point de départ jusques et y compris la sortie de la gare d'arrivée, où le contrôle permet, soit de constater si le voyage s'est effectué dans des conditions régulières, soit de relever les contraventions qui ont pu être commises. Cass., 13 février

1913.

1.536

34. Par suite, peut être condamné comme complice des voyageurs ayant voyagé sans billet l'individu qui, à la gare d'arrivée, leur a remis des billets de quai en vue de leur permettre de sortir de la gare. Ibid.

35. Il en est ainsi surtout, lorsque les voya

geurs, prévenus d'avoir voyagé sans billet, avaient voyagé avec des feuilles (remplies par eux), qui portaient expressément que, revetues des trois visas prescrits, elles tenaient lieu de billets de retour, et devaient être remises à l'agent du chemin de fer, en telle sorte que cette remise était la condition nécessaire de leur validité. — Ibid.

36. Dans ces conditions, l'intervention du complice s'est produite avant que le délit fùt entièrement consommé. Ibid.

Comp. Rép., v° Chemin de fer, n. 1516 et s., 4213 et s.; Pand. Rep., eod. verb., n. 4528

et s.

BILLET DE QUAI. V. 34.

CAHIER DES CHARGES. V. 18, 39, 89.
CARTES POSTALES. V. 45, 47 et s.
CAS FORTUIT, V. 6, 10.

CASSATION. V. 74, 78, 82, 87, 99, 101 et s., 104.
CHARBON DE BOIS. V. 59 el s.
CHEF D'ENTREPRISE. V. 60 et s.
CHEMIN DE FER DE L'ETAT. V. 51 et s., 65 et s.
CHEMIN DE FER D'INTÉRÊT LOCAL. V. 37 et s.,
45 et s., 64.

37. (Chemin de fer d'interet local. Concession). Les concessions de chemins de fer d'intérêt local ne peuvent produire un effet définitif que si l'utilité publique des travaux est déclarée et l'exécution des travaux autorisée par une loi. Cons. d'Etat, 17 mars 3.126

1911.

38. En conséquence, lorsque le ministre des travaux publics a, pour des motifs d'ordre technique et financier, refusé de provoquer la déclaration d'utilité publique d'une ligne de chemin de fer d'intérêt local, le conseil général peut décider qu'à raison des modifications essentielles prescrites par le ministre, il renonce à donner suite à la concession, qui imposerait de trop lourdes charges financières au département; et cette décision n'ouvre pas de droit à une indemnite au profit d'un particulier, avec lequel le départeinent avait passé une convention pour la concession du chemin de fer. Ibid.

39. Si, entre le département et le concessionnaire, la concession d'un chemin de fer d'intérêt local, approuvée par une loi, et le cahier des charges qui est annexé à la concession, présentent le caractère administratif, ils ont, dans les rapports des concessionnaires et des particuliers, le caractère d'actes légistatifs ou de conventions, dont il appartient à l'autorité judiciaire d'interpréter le sens et la portée. Trib. de Saint-Julien, 28 mars 1911, sous Chambéry.

2.316

40. En conséquence, dans un litige entre le concessionnaire d'un chemin de fer d'intérêt local et un tiers, l'autorité judiciaire est compétente pour interpréter la clause de la concession qui interdit au concessionnaire de s'intéresser directement ou indirectement, sans une autorisation préalable par décret en Conseil d'Etat, dans une entreprise étrangère à l'objet même de la concession. Ibid.

Comp. Rép., v° Travaux publics (Concessions, entreprises, marchés de), n. 471, 1262 et s.; Pand. Rep., v° Chemins de fer, n. 1709

et s.

V. 64.

[blocks in formation]

cette circonstance, fùt-elle établie, n'aurait pu constituer une contrainte irrésistible autorisant le prévenu à violer une règle de police, répondent ainsi par des motifs suffisants aux conclusions du prévenu, et justifient le rejet de l'exception de force majeure. Ibid.

Comp. Rép., v° Chemin de fer, n. 1625; Pand. Rep., Suppl., eod. verb., n. 402 et s. CHOMAGE DE LA NAVIGATION. V. 69 et s., 74. 44. (Commerce et industrie accessoires). Si une Comp. de chemins de fer peut adjoindre à son exploitation principale certaines industries secondaires dont l'objet, étranger à l'industrie des transports par voie ferrée, peut en être considéré comme l'accessoire normal et le développement naturel, il n'en saurait être ainsi, alors que la loi de concession interdit expressément au concessionnaire de s'intéresser directement dans aucune entreprise étrangère à l'objet même de la concession sans une autorisation préalable par décret en Conseil d'Etat. Chambéry, 26 février 1912.

[ocr errors]

2.316

45. Spécialement, la Comp. de chemins de fer d'intérêt local, dont l'acte de concession, approuvé par une loi, contient pareille interdiction, ne saurait, sans justifier de l'autorisation prescrite par l'acte de concession, faire, dans les gares, le commerce des cartes postales, photographies et bibelots. - Ibid.

46. D'ailleurs, si l'exploitation de certaines industries accessoires a pu être considérée comme l'accessoire de l'exploitation principale, c'est qu'elle se justifiait par la nécessité de parer aux besoins de voyageurs qui ont de longs parcours à effectuer; et il n'en saurait être ainsi, pour une ligne de chemin de fer d'une longueur de 5 kilomètres et demi, où le trajet a une durée de moins d'une heure, et où les voyageurs peuvent trouver, dans le voisinage des gares, tout ce qui leur est nécessaire. Ibid.

47. I importe peu que la Comp. de chemins de fer ait été autorisée par le préfet à établir dans les gares des kiosques pour la vente des cartes postales, photographies et bibelots, cette autorisation administrative ne pouvant faire échec aux droits des tiers. - Ibid.

48. En conséquence, une commune, propriétaire, au point terminus de la ligne de chemins de fer, d'un hôtel dont le locataire exploite un commerce similaire, est recevable et fondée à demander qu'il soit fait défense à la Comp. de chemins de fer, tant qu'elle ne sera pas autorisée par décret en Conseil d'Etat, conformément à l'acte de concession, de faire dans ses gares le commerce des cartes postales, photographies et bibelots. Ibid.

Comp. Rép., vo Chemins de fer, n. 6319 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 1178, 1187 et s.

V. 40.

COMMIS AMBULANTS DES POSTES. V. 15 et s. 49. (Commis voyageur). Lorsqu'un voy geur de commerce a expédié en grande vitesse un colis d'échantillons, adressé à lui-même, en faisant suivre, sur la lettre de voiture, son nom de la qualité de voyageur, la maison de commerce qu'il représente peut actionner directement la Comp. de chemins de fer, à raison d'un retard dans la livraison, en dommagesintérêts pour indemnité du bénéfice dont elle a été privée par la faute de la Comp. Cass., 6 novembre 1912.

1.398

50. Il en est ainsi, du moins, alors qu'il résulte des constatations de l'arrêt attaqué que, à raison de la qualité de l'expéditeur, du mode d'expédition en grande vitesse, de la forme, de la dimension, de l'aspect et du poids du colis, la Comp. ne pouvait avoir aucun doute sur la nature et la destination de l'objet elle confié. Ibid.

Comp. Rep., yo Chemin de fer, n. 3962 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 7612 et s., 7701 et s.

COMMUNE. V. 48.

COMPÉTENCE. V. 3 el s., 39 et s., 51 et s. 51. (Compétence. Succursale). L'Admi

nistration des chemins de fer de l'Etat peut, comme les Comp. de chemins de fer, être valablement assignée devant le tribunal du lieu où elle a une garé qui, par son importance, peut être considérée comme une succursale constituant un domicile indépendant du siège social. Bordeaux, 1er mars 1910.

2.222

52. Toutefois, pour la validité de l'assignation devant le tribunal du lieu de la gare succursale, il faut que le fait qui a donné naissance à l'action se soit produit dans un lieu qui, au point de vue des services de l'exploitation, de la voie et du matériel, ou de la traction, se trouve sous la dépendance ou sous la surveillance des agents de la gare succursale. - Ibid.

53. Spécialement, le tribunal civil du lieu où l'Administration a une gare, qui, à raison de son importance, doit être considérée comme une gare succursale, est incompétent pour connaître de la demande en dommages-intérêts formée contre l'Administration, à raison d'un accident de chemin de fer survenu, en dehors de tout contrat de transport, dans le ressort de ce tribunal, si la ligne où s'est produit l'accident dépend, d'après l'organisation intérieure du réseau, d'une autre gare succursale située en dehors du ressort. - Ibid.

54. Mais, si les faits, à la suite desquels l'accident s'est produit, avaient un caractère délictueux, la victime de l'accident pourrait, en se portant partie civile devant le tribunal du lieu de l'accident, assigner l'Administration des chemins de fer en responsabilité devant ce tribunal, compétent pour statuer sur la prévention contre les agents. Ibid.

Comp. Rep., vis Chemin de fer, n. 6400 et s., Compétence (mat. civ. et comm.), n. 367 et s.; Pand. Rép., v° Chemin de fer, n. 687 et s. COMPLICITÉ. V. 34, 36, 62 et s.

CONCESSION. V. 37 et s., 44 et s., 88 et s.
CONCESSIONNAIRE. V. 38 et s., 44 et s.
CONCLUSIONS. V. 43, 99, 102.

CONDAMNATION. V. 29, 34, 78, 82 et s., 87, 96, 99, 101 et s.

CONDITION. V. 88.

CONSEIL GÉNÉRAL. V. 38.

CONTRAT DE TRANSPORT. V. 1 et s., 53, 105.
DÉCLARATION DE VALEUR. V. 25 et s.

DÉCLARATION d'utilité publIQUE. V. 37 et s. 55. (Déclaration fausse). La sanction pénale de l'art. 21 de la loi du 15 juill. 1845 n'est pas encourue à raison de l'inobservation de l'une quelconque des prescriptions des tarifs, relatives aux indications que doit fournir l'expéditeur pour l'établissement de la lettre de voiture. Douai, 23 juillet 1912.

2.219

56. Seule, la fausse déclaration relative à la nature de la marchandise, faite par l'expéditeur dans la déclaration d'expédition, a le caractère T'une infraction aux tarifs, tombant sous l'application de la sanction pénale de l'art. 21 de la loi du 15 juill. 1845. Ibid.

57. Mais l'indication inexacte, dans la déclaration d'expédition, du poids des marchandises expédiées, ne constitue pas une infraction punissable. Ibid.

58. En effet, les Comp. étant tenues de peser les marchandises lors de leur réception, ou, si la gare de départ n'a pas d'instruments de pesage, à l'arrivée ou à une station intermédiaire, une Comp. ne peut faire grief à l'expéditeur d'une déclaration inexacte, qu'il était de son devoir de vérifier et de rectifier par l'opération du pesage, qu'elle devait effectuer. Ibid.

59. La fausse déclaration, qui a pour but et qui a eu pour effet de faire admettre au transport par chemin de fer, contrairement aux prescriptions de l'arrêté ministériel du 12 nov. 1897, des charbons de bois en morceaux, qui n'étaient pas refroidis depuis plus de 48 heures, tombe sous l'application de l'art. 21 de la loi du 15 juill. 1845. Dijon, 18 octobre 1912. 2.285

6). Mais l'industriel, qui a fabriqué le charbon, ne peut être considéré comine l'auteur de la fausse déclaration, alors que cette fausse

déclaration a été faite par son comptable.

Ibid.

61. Le règlement qui régit le transport par chemin de fer du charbon de bois n'ayant pas, en effet, pour but de régler le mode de l'industrie de l'expéditeur, mais de fixer les conditions du transport des matières dangereuses, l'observation de ses prescriptions n'est pas personnellement imposée à l'industriel expéditeur, mais à tout expéditeur, quelle que soit la provenance de la marchandise. — Ibid.

62. Toutefois, le patron de l'usine dans laquelle ont été fabriqués les charbons de bois faussement déclarés doit être retenu comme complice de la fausse déclaration faite par son employé, alors qu'il résulte des faits de la cause que l'expédition litigicuse avait été ordonnée par lui et préparée suivant ses ordres, et qu'il n'ignorait pas que la déclaration, que devait faire l'employé pour assurer le transport des marchandises, serait nécessairement inexacte. Ibid.

63. En effet, la fausse déclaration d'expédition, étant punie de peines correctionnelles, constitue un délit, auquel s'appliquent les dispositions du Code pénal sur la complicité. Ibid. Comp. Rép., v° Chemin de fer, n. 1008 et s., 1601 ets; Pand. Rép., eod. verb., n. 3769 et s. DÉCRET EN CONSEIL D'ETAT. V. 40, 44, 48. DÉLAI. V. 66, 95 et s., 98 et s. DÉLIT. V. 33 et s., 41 et s., 54, 63. DEPARTEMENT. V. 38 et s. DEROGATION. V. 95 et s.

DESTINATAIRE. V. 69, 95, 99 et s., 105, 109 et s., 115.

DOMMAGES-INTÉRÊTS. V. 3 et s., 13, 26 et s., 49 et s., 53, 74, 77 et s.. 82 et s., 87, 95 et s., 99, 101 et s., 108 et s., 113, 115. ECHANTILLONS. V. 49 et s. EMBALLAGE. V. 80 et s., 87.

Si,

64. (Embranchement particulier). aux termes de l'art. 70 du décret du 16 juill. 1907, sur les chemins de fer d'intérêt local et les tramways, l'établissement d'un embranche. ment particulier ne doit entrainer aucuns frais particuliers pour le service de la ligne principale, il résulte simplement de là que les frais doivent être supportés par les propriétaires de l'embranchement; mais cette disposition ne dispense pas la Comp. de tramways de fournir au propriétaire de l'embranchement le matériel en quantité suffisante pour une exploitation normale. - Cass., 23 mai 1911 (motifs). 1.108 Comp. Rép., vo Chemin de fer, n. 2636 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 1891 et s. V. 89.

EMPLOYÉ. V. 31, 42, 52, 54, 62, 65, 67, 96, 110, 113 et s.

ENCOMBREMENT. V. 66, 72, 74.

ENTREPRISE ÉTRANGÈRE. V. 40, 44 et s. ERREUR DE TAXE. V. 21, 23. EXPÉDITEUR. V. 49 et s., 55 et s., 61 et s., 69, 73, 75, 80 et s., 95 et s., 105, 113. EXPERTISE. V. 87.

FAUSSE DÉCLARATION. V. 55 et s. FAUTE. V. 7, 10, 12 el s., 17, 19, 30, 31, 82, 99, 113.

FAUTE COMMUNE. V. 30, 32.

FAUTE DE LA VICTIME. V. 7, 10, 13, 32.
FIN DE NON-RECEVOIR. V. 86.
FONTE. V. 82 et s.

65. (Force majeure). Une grève, qui, pendant les six jours de sa durée, a frappé un réseau tout entier de chemins de fer (celui des chemins de fer de l'Etat), en le privant brusquement de la majeure partie de son personnel technique, et qui a eu pour effet, par sa soudaineté et sa généralité, non pas seulement d'apporter une gêne momentanée et un trouble sérieux dans la marche de l'ensemble des services, mais d'en produire l'arrêt complet, réunit tous les caractères de la force majeure. Cass., 17 juillet 1912.

1.331

66. Mais l'Administration de chemins de fer ne peut opposer la force majeure pour s'exoné rer de la responsabilité du retard apporté à la

fourniture de wagons vides demandés plus d'un mois après la reprise du travail, alors qu'il est constaté par les juges du fond que la grève n'a pas été la cause déterminante de l'encombreinent dont se prévaut la Comp., que cet encombrement existait dès avant la grève, le réseau ne parvenant pas, dès ce moment, à effectuer le transport des marchandises dans les délais légaux, et que le service normal aurait été certainement rétabli, à la date de la demande des wagons, si le réseau avait disposé d'un matériel suffisant. — Ibid.

67. Le sourd mécontentement, l'état d'indiscipline plus ou moins apparent qui aurait persisté dans une partie du personnel de l'Admninistration de chemins de fer, l'inertie plus ou moins volontaire d'un certain nombre de ses employés, ne sauraient la soustraire à la responsabilité que font peser sur elle les constatations qui viennent d'être indiquées. — Ibid.

68. En repoussant, dans ces conditions, l'exception tirée de la force majeure, les juges du fond déduisent les conséquences légales des faits consécutifs à la grève, par eux souverainement constatés. Ibid.

[ocr errors]

69. Les juges du fond décident également à bon droit que l'arrêt de la batellerie, sur une voie fluviale desservant les mêmes régions que les lignes de l'Administration de chemins de fer, et l'afflux des marchandises qui en est résulté, ne sauraient être considérés comme un cas de force majeure, exonérant cette Administration de ses obligations envers les expéditeurs ou destinataires, alors qu'il est constaté que, soit par l'effet des crues, soit sous l'influence des basses eaux dans les années de sécheresse, ou des gelées dans les hivers exceptionnellement rigoureux, la navigation est exposée à un chômage plus ou moins long, comportant pour les transports un aléa dont l'Administration de chemins de fer devait tenir compte. - Ibid.

70... Que, cependant, l'Administration de chemins de fer n'avait rien fait pour remédier à l'insuffisance de ses voies de garage et de triage.

[ocr errors]

Ibid.

71. Et que, d'ailleurs, l'arrêt de la batellerie n'a pas eu de répercussion sérieuse sur les transports par voie ferrée pendant la période contemporaine des faits à raison desquels l'Administration des chemins de fer est assignée en responsabilité. — Ibid.

72. On ne saurait d'ailleurs reprocher aux juges du fond d'avoir fait état, pour écarter l'exception de force majeure, de l'absence de réserves de la part de l'Administration au moment de la réception des commandes de wagons, alors que, loin de voir dans l'absence de réser ves l'aveu de l'inexistence de la force majeure. ils ont expressément déclaré que l'omission de toutes réserves n'était pas, par elle-même, de nature à rendre irrecevable le moyen fondé sur la force majeure, et qu'ils se sont bornés à tirer de l'absence de réserves cette simple conclusion, d'ailleurs surabondante, que l'encombrement, dont l'Administration se prévalait, ne lui paraissait pas avoir le caractère de la force majeure au moment où elle avait pris les commandes. Ibid.

73. D'autre part, doit être rejeté, comme étant étranger à la question de l'existence des cas de force majeure invoqués par l'Administration, et comme étant, par suite, actuellement sans intéret, le moyen tiré de ce que les juges du fond auraient fait à tort grief à l'Administration d'avoir réparti son matériel disponible entre les expéditeurs proportionnellement au nombre de wagons qui lui étaient demandés par chacun d'eux. Ibid.

74. Lorsqu'une Comp. de chemins de fer. actionnée pour retard, invoque formellement la force majeure résultant: 1° de l'arrêt de la batellerie, suite d'une inondation; 2° de l'importation anormale de marchandises étrangères circonstances qui auraient accru, dans des proportions considérables et imprévues, le trafic auquel son réseau devait faire face, le jugement

[blocks in formation]

Comp. Rép., v° Chemin de fer, n. 3061, 3160 et s., 3720 et s.; Pand. Rép., eod. verb., n. 2278 et s., 6930 et s., 7333 et s.

V. 6, 10, 43, 109, 111.
FORCE OBLIGATOIRE. V. 95.

FOURNITURE DE WAGONS. V. 64, 66, 72 et s.
FRAGILITÉ. V. 78 et s.

FRAIS D'ETABLISSEMENT. V. 64.
GARE SUCCURSALE. V. 51 et s.
GELEE. V. 69.

GRANDE VITESSE. V. 24 et s., 49 et s., 98 et s.
GREVE. V. 65 et s.. 74.

IMMATRICULATION. V. 105, 108, 114.
IMPRUDENCE. V. 7, 13, 17, 19, 30.
INDEMNITÉ. V. 38.

INFRACTION AUX TARIFS ET RÈGLEMENTS. V. 13,

33 et s., 41 et s., 55 et s.

INONDATION. V. 30, 69, 74.

INSUFFISANCE DE MATÉRIEL. V. 66, 70.
INTENTION. V. 103 et s.

INTERDICTION D'ACCÈS AUX VOIES. V. 13.

INTERET POUR AGIR. V. 48, 49 et s.
INTERPRETATION. V. 39 et s.

KIOSQUES DE VENTE. V. 47.

LETTRE DE VOITURE. V. 27, 49, 55.

LIVRAISON. V. 49, 96 et s., 103 et s.

LIVRAISON DE WAGONS. V. 66, 73, 115. LOCATAIRE DE WAGONS-RÉSERVOIRS. V. 110,

114, 115.

Lot. V. 37, 39, 44 et s. 75. (Magasinage [Droit de]). Le droit de magasinage, exigible, en vertu de l'art. 16 des conditions d'application des tarifs généraux de la Comp. Paris-Lyon-Méditerranée, lorsque, sur la demande de l'expéditeur, la Comp. consent à conserver des marchandises à la gare de départ pendant plus de vingt-quatre heures, est dù pour un mobilier qui, par suite d'un avis de sursis à l'expédition émanant de son propriétaire, a journé à la gare de départ, avec la voiture de déménagement sur laquelle il était chargé. Cass., 3 août 1911.

1.164

76. Mais il n'est dù aucun droit pour le stationnement de la voiture elle-même, l'art. 29 de ces mêmes conditions générales d'application des tarifs ne visant que le stationnement des voitures à l'arrivée. Ibid.

Comp. Rép., v° Chemin de fer, n. 3445; Pand. Rép., eod. verb., n. 4100 et s.

MATIÈRES DANGEREUSES. V. 59, 61. MINISTRE DES TRAVAUX publics. V. 38. MOTIFS DE JUGEMENT OU ARRÊT. V. 19, 43, 72, 74, 78, 82 et s., 99, 101 et s.

MOTIF SURABONDANT, V. 19, 72.

NAVIGATION FLUVIALE. V. 69, 71, 74.
NULLITÉ. V. 87, 88.

OFFICE DU JUGE. V. 81.

ORDRE PUBLIC. V. 22.

PATRON. V. 49 et s., 60 et s.

PERMIS D'ACCOMPAGNEMENT. V. 94.

PERTE DE BAGAGES. V. 26 et s., 31 el s.
PESAGE. V. 58.

PETITE VITESSE. V. 82, 87, 100 et s.
PHOTOGRAPHIES. V. 45, 47 et s.

POIDS DES MARCHANDISES. V. 57 et s.
POSTES. V. 14 et s.

POUVOIR DU JUGE. V. 19, 68 et s., 83 el s.. 94, 111 et s.

PREJUDICE. V. 26, 48. 49, 77 et s.

PREPOSE. V. 31, 42, 52, 51, 60, 62, 65, 67, 96, 110, 113 et s.

PREUVE. V. 6, 10, 12, 107, 110 et s.
PROPRIETAIRE DE WAGONS. V. 105, 108, 113 et s.
QUALITÉ POUR AGIR. V 49.

RECEPTION DES MARCHANDISES. V. 86.
RENONCIATION. V. 28, 38.

REPARATION DES WAGONS-RÉSERVOIRS. V. 108 et s., 115.

RÉSERVES (ABSENCE de). V. 72, 86.

77. (Responsabilité). L'action en dominages-intérêts d'un voyageur, basée sur ce que le retard d'un train la empèché d'arriver en temps utile pour participer à une adjudication, ne peut être accueillie, alors qu'aucune circonstance de la cause n'établit que la Comp. ait connu l'objet du voyage, et ait prévu ou pu prévoir les conséquences qu'un retard dans l'arrivée pouvait avoir pour le voyageur. Cass., 9 juillet 1913.

1.460

78. L'arrêt qui, en pareil cas, condamne la Comp. à des dommages-intérêts, sans relever aucune circonstance établissant que la Comp. avait connu l'objet du voyage et avait prévu ou pu prévoir les conséquences qu'un retard dans l'arrivée pouvait avoir pour le voyageur, et en se bornant à déclarer que tout transporteur est responsable du préjudice qu'il a occasionné par suite de l'inexécution de ses engagements envers le voyageur, que la Comp. sait mieux que qui que ce soit que la majeure partie des personnes qu'elle transporte voyage pour ses affaires, et qu'un retard peut souvent être la cause d'un important préjudice, ne justifie pas légalement sa décision. et doit être cassé. - Ibid. 79. Les Comp. de chemins de fer ne sont pas tenues de donner aux marchandises des soins exceptionnels, incompatibles avec les conditions du tarif requis et appliqué et les nécessités de leur service. Cass., 27 décembre 1909. 1.461

80. Ni la fragilité de l'objet transporté, ni le défaut d'emballage ne constituent par euxmêmes un vice propre de la chose ou une faute de l'expéditeur. Cass., 27 décembre 1909, précité.

1.461

Cass., 5 mars 1912 (2 arrêts). 81. Il y a lieu de rechercher, dans chaque espèce, si la nature de l'objet transporté nécessite un emballage ou un emballage spécial. Cass., 27 décembre 1909, précité.

82. Par suite, lorsque, assignée en paiement de dommages-intérêts, à raison du bris, pendant le transport, de chéneaux de fonte moulée expédiés par petite vitesse, en vrac et sans emballage, une Comp. de chemins de fer a soutenu que l'avarie était imputable à la fragilité de la fonte et au défaut d'emballage, le jugement qui, pour condamner la Comp., se borne à énoncer en termes généraux « que, si la fragilité de l'objet nécessite, au cours du transport, des précautions particulières, elle ne constitue pas le vice propre à raison duquel la responsabilité du transporteur est dégagée », et que la Comp., « en n'exigeant pas de l'expéditeur, si elle en avait le droit, l'emballage de la marchandise, aurait commis une faute dont elle serait mal fondée à se prévaloir », ne justifie pas légalement sa décision, et doit être cassé. Ibid.

[ocr errors]

83. Décidé également que les juges du fond déclarent, à bon droit, une Comp. de chemins de fer responsable de l'avarie survenue à des objets en fonte, alors qu'ils constatent que ces objets ne présentaient pas un caractère particulier de fragilité nécessitant un emballage. Cass., 5 mars 1912 (1 arrêt), précité.

81.... Ou que l'expédition des fontes litigieuses avait été faite suivant les usages du commerce, et que le défaut d'emballage ne constituait pas un vice propre de la chose. Cass., 5 mars 1912 (2 arrêt), précité.

85. Et ces constatations sont souveraines. Cass., 5 mars 1912 (2 arrêts), précités.

86. La réception des colis par le voiturier sans observations ni réserves ne lui enlève pas le droit de prouver sa libération. 27 décembre 1909, précité.

Cass.,

87. L'art. 2 des conditions générales d'application des tarifs spéciaux de petite vitesse, homologuées le 27 oct. 1900, qui avait inséré dans les tarifs spéciaux un ensemble de présomptions de libération en faveur des Comp.

de chemins de fer, ayant été frappé de nullité dans toutes ses dispositions, quels qu'en fussent le sens et la portée, par la loi du 17 mars 1905, qui prohibe toute clause contraire au principe de la responsabilité du transporteur, inscrit dans l'art. 103, C. comm., doit être cassé le jugement qui, en présence d'une expertise attribuant une avarie à une insuffisance d'emballage, a condamné la Comp. de chemins de fer à des dommages-intérêts à raison de cette avarie, motifs pris de ce que l'expertise aurait été illégalement provoquée, l'art. 2, 22, des conditions générales d'application des tarifs spéciaux de petite vitesse, homologuées le 27 oct. 1900, interdisant aux Comp. de chemins de fer de se prévaloir des défectuosités de l'emballage pour refuser une indemnité, si ces défectuosités n'ont pas été constatées dans la déclaration d'expédition ». Cass., 27 décembre 1911. 1.331

[ocr errors]

Comp., Rép., v° Chemin de fer, n. 3706; Pand. Rép., Suppl., eod. verb., n. 1058 et s. V. 1 et s., 12, 17, 19, 23, 26 et s., 31, 49 et s., 53 et s., 60 et s., 66 et s., 71, 96 et s., 99, 101 et s., 103, 107.

RESPONSABILITÉ (CLAUSE DE NON-). V. 87, 107. RESPONSABILITÉ CONTRACTUELLE. V. 1 et s., 6 ets. RESPONSABILITÉ PÉNALE. V. 60 et s.

[blocks in formation]

89. Ainsi, lorsqu'une société houillère a rétrocédé à une Comp. de chemins de fer ses droits sur une ligne sur laquelle le gouvernement avait accordé une concession à la société houillère, et non un droit d'embranchement particulier, et lorsque l'acte de rétrocession ne contient, dans le texte qui a été soumis à l'approbation ministérielle, aucune clause stipulant, au profit de la société houillère, le droit, pendant toute la durée de la concession, à des taxes calculées sur la longueur de la ligne telle qu'elle était déterminée par le cahier des charges annexé à l'acte de concession, c'est sur les distances fixées par le tableau officiel que le calcul doit être fait. Ibid. 90. Si donc la ligne rétrocédée a dû être reconstruite avec un nouveau tracé, comportant un allongement de parcours, la société houillère doit payer les taxes en tenant compte de cet allongement. Ibid.

[ocr errors]

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
« PrécédentContinuer »