Images de page
PDF
ePub

les dangers de toute espèce qui l'environnent, tu dois compter, si tu succombes, que la patrie reconnaissante consacrera honorablement ton nom au temple de mémoire. »

Je ne me suis point astreint à l'usage de ne faire connaître que le nom des officiers et savans qui font partie de semblables expéditions: la publication d'une liste exacte des équipages m'a paru être un acte plus conforme à la justice et aux principes du gouvernement français; et j'ai pensé aussi que cet état serait désormais le seul extrait mortuaire que pourraient produire les familles de nos infortunés navigateurs.

Les instructions et les notes géographiques qui suivent, dues à l'éx-ministre de la marine Fleurieu, sont un modèle trop précieux pour n'être pas rendues publiques : c'est d'ailleurs la seule réponse que je veuille faire à une note de George Forster, qui tendrait à dénaturer les mo

tifs purement relatifs à l'avancement des sciences, qui déterminèrent cette expédition. Je regrette qu'un homme que j'estime se soit exprimé ainsi dans son Voyage historique et pittoresque sur les rives du Rhin (tome I, page 311 de la traduction française):

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

A l'époque, où l'intéressant et malheureux la Pérouse partit pour faire de « nouvelles conquêtes au commerce et à << la philosophie, un ministre présenta au « conseil un mémoire sur les avantages incalculables de cette entreprise. Ce ‹ mémoire, quoique long, fut lu avec avidité; cependant il ne renfermait qu'une idée, et la voici: Voulez-vous, sire, « disait le ministre, détourner vos sujets << de cette dangereuse anglomanie, de « cette passion de liberté destructrice.du bon ordre et de la paix; amusez-les par des idées nouvelles, trompez leurs " loisirs par des images dont la variété piquante puisse alimenter leur frivolité.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

K

[ocr errors]
[ocr errors]

«

Il vaut mieux qu'ils s'occupent à contempler la tournure bouffonne de quel«ques magots de la Chine, que d'obéir à «la mode qui leur fait aimer aujourd'hui « les chevaux et les philosophes d'Angle

terre. »

7. Le deuxième et le troisième volume comprennent le journal de la totalité du voyage, et les tables de la route des deux frégates, où l'on trouve le résultat des observations astronomiques et météorologiques.

Nous devons aux progrès de l'astronomie les moyens de déterminer aujourd'hui les longitudes en mer avec beaucoup de précision: annoncer que l'astronome Dagelet, membre de l'académie des sciences; a été chargé de diriger ce travail, c'est inspirer la plus grande confiance pour son exactitude, et pour celle des tables et cartes qui en résultent.

Si le journal n'est pas toujours d'accord avec les tables de route et les cartes,

[ocr errors]

c'est parce qu'il n'a pas été possible de retarder l'impression du journal, jusqu'à leur entière vérification. Au reste, ces différences ne sont ni fréquentes, ni considérables; lorsqu'il s'en rencontre, on doit donner la préférence aux tables, et sur-tout aux cartes, qui ont été dirigées par le premier hydrographe de la marine, Buache, membre de l'Institut national et du bureau des longitudes. Je dois ici un hommage particulier aux soins qu'il a bien voulu se donner pour me seconder dans cette partie importante.

Dans tout le cours de l'ouvrage, les longitudes qui n'ont aucune indication de méridien, sont comptées de celui de Paris.

J'ai tâché d'être exact dans la manièrè d'écrire les noms propres et les noms de lieux; mais ces derniers étant aussi divers dans les relations que les langues de leurs auteurs sont différentes, il a fallu adopter, en écrivant ces mots indicatifs et de pure convention, l'orthographe la plus géné

ralement reçue, en la combinant avec l'idiome du pays.

Le quatrième volume est composé de mémoires ou pièces détachées envoyées au gouvernement par les savans employés dans l'expédition, et de celles que j'ai pu rassembler. J'avais fait à cet égard, auprès de la ci-devant académie des sciences, et des individus que je soupçonnais être en correspondance avec les coopérateurs de la Pérouse, les démarches nécessaires pour recueillir les mémoires qu'ils avaient pu envoyer elles furent infructueuses; je ne me suis procuré que ceux dont j'ai trouvé des fragmens épars dans les journaux de physique, et je me suis empressé de les réunir dans ce volume.

J'ai ajouté, dans le cours de l'ouvrage, des notes par-tout où j'ai cru qu'elles pouvaient être utiles; et je les ai distinguées par les lettres initiales des mots,

NOTE DU REDACTEUR.

Pour la facilité des recherches, j'ai

« PrécédentContinuer »