Formulaire de mathématiques: t. I-V.

Couverture
Bocca frères, Ch. Clausen, 1903
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 33 - D'où il se voit qu'elle est nécessairement dans toutes les bases : car elle est dans la seconde base par le premier lemme ; donc par le second elle est dans la troisième base , donc dans la quatrième , et à l'infini.
Page 275 - D'où l'on conclut immédiatement cette propriété générale du déplacement d'un corps solide : quand on a dans l'espace un corps solide libre , si on lui fait éprouver un déplacement fini quelconque, il existera toujours dans ce corps une certaine droite indéfinie , qui, après le déplacement , se retrouvera au même lieu qu'auparavant. Si on fait tourner le second corps ( c'est...
Page 69 - Tout nombre premier (') mesure infailliblement une des puissances — 1 de quelque progression que ce soit, et l'exposant de la dite puissance est sous-multiple du nombre premier donné — 1; et, après qu'on a trouvé la première puissance qui satisfait à la question, toutes celles dont les exposants sont multiples de l'exposant de la première satisfont tout de même à la question* Exemple : soit la progression donnée 1234 5 fi 3 9 27 81 243 729 etc.
Page 31 - Soit s une classe ; supposons que 0 appartienne A cette classe ; et que toutes les fois qu'un individu appartient à cette classe, son suivant y appartienne aussi ; alors tous les nombres appartiennent à cette classe...
Page 254 - A, may denote that the point D is ordinarily related (in space) to the point C as B is to A , and may in that view be also expressed by writing the ordinal analogy, D . . C : : B . . A ; which admits of inversion and alternation.
Page 146 - Limite d'une variable. — Lorsqu'une grandeur prend successivement des valeurs qui se rapprochent de plus en plus de celle d'une grandeur constante, de telle sorte que la différence avec cette dernière puisse devenir et rester moindre que toute grandeur désignée, soit que la variable soit toujours au-dessous, ou toujours au-dessus, ou tantôt audessous et tantôt au-dessus de la constante, on dit que la première approche indéfiniment de la seconde, et que celle-ci en est la limite.
Page 220 - Toutes les équations d'Algèbre reçoivent autant, de solutions que la dénomination de la plus haute quantité...
Page 219 - Hinc vero genus peculiare quantitatum formare , neutiquam concederem. Quodsi quis dicat , triangulum rectilineum aequilaterum rectangulum impossibile esse , nemo erit qui neget. At si tale triangulum impossibile tamquam novum triangulorum genus contemplari, aliasque triangulorum proprietates ad illud applicare voluerit, ecquis risum teneat? Hoc esset verbis ludere seu potius abuti.
Page 173 - D'où résulte enfin ce théorème nouveau et remarquable par sa simplicité et sa généralité, qu'en désignant par u une quantité inconnue, mais renfermée entre les limites o et x, on peut développer successivement toute fonction de x et d'autres quantités quelconques suivant les puissances de x de cette manière...
Page 261 - A» + ^* + ^ est égale a la somme des carrés 4/*'4-4é'»-t- 4^l> c'est à-dire que , dans un parallélipipède oblique , la somme des carrés des quatre diagonales est égale à la somme des carrés des douze arêtes. 63. Connaissant les projections d'une droite t) sur trois axes rectangulaires j an demande là projection de cette droite D sur une autre droite D' dont la position est donnée par rapport auix axes rectangulaires ? Solution• Soient a.

Informations bibliographiques