Images de page
PDF
ePub

avec cette attention scrupuleuse qu'inspire à tout être penseur l'intéressant spectacle

délicate de toutes. L'ouvrier trempeur les arrange sur un fer recourbé à l'une de ses extrêmités ; ainsi disposées, il les fait rougir à un feu de bois. Son art consiste à bien connoître à leur couleur le degré de feu qui leur convient, et alors il les jette subitement dans des vases remplis d'eau froide.

Puis il les en tire pour les mettre dans une poële sur un feu plus ou moins violent, à raison de leur grosseur, et cette seconde façon s'appelle la recuite; c'est d'elle que dépend la bonté de l'aiguille.

Cette opération une fois terminée, on procède à la polissure; et avant qu'on eût trouvé la machine dont parle Forster, on en faisoit des rouleaux d'environ 15,000, qu'on lioit fortement par les deux bouts après les avoir enveloppés dans un treillis chargé de poudre d'éméri arrosée d'huile; on les rouloit ainsi durant un jour ou deux sur la table à polir.

[ocr errors]

Lorsque ces rouleaux sont suffisamment sassés on les délie, et on verse les aiguilles dans une eau de savon, afin d'enlever le cambouis; cette opération s'appelle la lessive. Pour les ressuyer on les jette dans une boîte remplie de son, suspendue à une poulie, afin de les vanner jusqu'à siccité absolue. Puis le trieur rejette celles qui ont été bosselées ou avariées durant la polissure. Il les détourne, c'est-à-dire qu'il les range toutes, la pointe du même côté.

Enfin, l'ouvrier affineur termine la pointe en la présentant à une petite meule qu'il fait tourner au moyen

des créations de l'industrie, les diverses parties de cette manufacture, sur tout la meule à polir, qui, au moyen d'un ressort adapté à une roue hydraulique, met en mouvement tous les appareils nécessaires. Un grillage perpendiculaire s'élève du moyeu, et, se joignant à un mouton placé horizontalement au second étage, reçoit ainsi le mouvement d'un balancier. Les aiguilles, enveloppées d'un treillis épais sont posées entre des couches d'un sable aigu que l'on remplace par des sciures lorsqu'il s'agit de donner le dernier poli. Cependant le mouton en se balançant tire une grille horizontale suspendue à des crochets. Deux rouleaux placés sous chaque grille reçoivent un mouvement semblable, contiennent chacun trois cent mille ai guilles.

et

Burscheid occupe, proportion gardée,

d'un rouet, tandis qu'un autre ouvrier les essuie avec un linge sec, ou légérement imbibé d'huile. On les compte, on en forme des paquets plus ou moins considérables.

Il existe vingt-neuf espèces d'aiguilles différentes, et neuf destinées aux diverses opérations de la chirurgie.

plus de fabricateurs de draps qu'Aix-laChapelle. La plus considérable de ces fabriques, appartenant à M. Lowenich, est située dans un emplacement vaste et d'une belle distribution. Ses draps sont plus estimés que les autres. Ici, comme à Waals et à Aix-la-Chapelle, on ne fabrique des draps que d'une seule couleur ensuite on les teint; tandis qu'à Verviers et dans les environs on ne fait que des draps mêlés, et dont les laines sont déjà teintes. Ceux de vigogne (1) se fabriquent sur-tout à Monjoie.

[ocr errors]

(1) Le vigogne est un animal à laine qui appartient uniquement au nouveau continent, et qui ne se trouve pas sur l'ancien. Cet animal dans l'état de domesticité se nomme pacos. Il est au lama (le chameau du yeau monde) ce que l'âne est au cheval.

nou

Or, le lama est un animal sans cornes, bisulque, ruminant et portant laine: il est haut d'environ quatre pieds et demi, sa longueur est de cinq à six; son cou seul a près de trois pieds de long. Sa tête qui est petite en proportion du corps, tient un peu de celle du cheval et de celle du mouton. Ses pieds sont fourchus comme ceux du boeuf, mais ils sont surmontés d'un éperon en arrière qui aide l'animal à se retenir, et à s'accrocher dans les pas difficiles. Sa queue a huit à dix pouces de longueur, menue et un peu relevée. Il est couvert d'une laine courte sur le cou, le dos, la croupe

Le commerce des draps unis offre beaucoup plus de sûreté, parce qu'ils sont moins

et la queue,

ventre.

mais fort longue sous les flancs et sous le

Lespacos sont plus petits et moins propres au service, mais plus utiles par leur dépouille. La longue et fine laine, dont les vigognes ou pacos sauvages sont couverts, est une marchandise de luxe aussi chère, aussi recherchée et aussi précieuse que la soie. La toison des vigognes est de couleur rose sèche, un peu claire, et cette couleur naturelle est si fixe qu'elle ne s'altère pas sensiblement sous la main de l'ouvrier. Le castor du Canada, la brebis des Calmouks, la chèvre de Syrie ne fournissent pas un plus beau poil; et la laine de vigogne forme seule une branche considérable dans le commerce des Indes espagnoles. On compte trois sortes de laines de vigognes, la fine, la carneline ou bátarde, et le pelotage.

[ocr errors]

Celles du Pérou sont les plus estimées; elles sont d'une couleur fauve, beaucoup moins chargées de parties hétérogènes, et par conséquent sont sujettes à un moindre déchet que celles de Buenos-Ayres, qui perdent quelquefois moitié lors de leur apuration. Elles sont mêlées pour l'ordinaire de touffes blanchâtres qui se trouvent sous le ventre et les cuisses de l'animal. Ces parties blanches jaunâtres sont beaucoup moins fines que les autres, mais également susceptibles de prendre toutes sortes de couleurs.

En 1774, cette matière étant tombée à un prix trèsbas, mon digne et vertueux ami, Alexandre Breton, fit

assujettis à l'empire de la mode, et que l'on peut calculer constamment sur leur durée

fabriquer le premier dans Paris une pièce de drap de vigogne en couleur naturelle; cet essai ayant réussi, au-delà même de ses espérances, lui donnoit des droits aux encouragemens du ministère ; mais il n'en obtint aucun, parce qu'il étoit trop pur, trop désintéressé pour flatter les inspecteurs généraux du commerce.

Il fit teindre diverses pièces de vigogne en bleu foncé, bleu de ciel, cramoisi, violet fin, et écarlate. Ces couleurs riches réussirent toutes également bien. La laine de vigogne qu'on préféroit dans la bonneterie à celle des pacos, parce qu'elle n'est point comme cette dernière chargée de longs poils droits, est tellement propre à faire des draps, que même on en peut fabriquer de première qualité avec la partie la plus déliée des touffes blanchâtres.

Si le gouvernement lui avoit facilité les moyens d'établir en grand une manufacture de draps de vigogne, il auroit pu les fabriquer les fabriquer, vu la modicité de la maind'œuvre d'alors, au prix marchand de 60 livres l'aune.

Ces draps, au surplus, ne peuvent être comparés à aucun autre, parce que le vigogne est d'une nature différente de toutes les laines d'Europe.

Je tiens en partie tous ces détails de l'honnête et sage négociant que je viens de citer. Bon mari, bon père, bon ami, philosophe-pratique, patriote par sentiment et par conviction, ce sont de tels hommes qui font la richesse des Etats, toutes les fois que la vertu

« PrécédentContinuer »