Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

Cette expédition dura plus de trois ans

et Forster à son retour en publia une excellente relation en Anglois et en Allemand.

L'Ouvrage eut peu de succès, parce qu'il étoit celui d'un Etranger, et déplut au Cabinet de Saint-James, parce que l'Auteur y dévoiloit, avec la franchise d'un Philosophe, certaines vérités qu'il importoit au Gouvernement de tenir cachées. L'Aristocratie Angloise étoit d'ailleurs peu satisfaite d'un Ecrit que Forster avoit publié précédemment, et dans lequel il examinoit, avec la sévérité d'un penseur, quelques-uns des nombreux abus de la

[ocr errors]

A Paris, chez Buisson, Libraire, rue Hautefeuille, n°. 20. L'Auteur de ces Voyages, qui a étendu les découvertes du Capitaine Cook, a recueilli de la bouche même des naturels qu'il a visités, les témoignages les plus touchans de leur estime pour ce grand homme, et de la douleur que sa perte leur avoit causée.

Constitution Britannique. Cette offensante partialité le détermina à quitter. Londres. Il vint à Paris, où Buffon et d'Aubenton l'accueillirent avec l'empressement que les Philosophes ont toujours pour les Cosmopolites.

Le savant Forster desiroit se fixer en France. Avide de gloire, et idolâtie de la Liberté, Paris étoit la ville de l'Europe qui convenoit le mieux à ses goûts et à son caractère. Cependant il fut bientôt contraint de s'en éloigner; l'intérêt de sa famille lui commandoit ce pénible sacrifice car un Savant qui fait le tour du Globe enrichit sa mémoire et détruit sa fortune. Il fut donc forcé d'accepter une place de Professeur d'His toire Naturelle à l'Université de Cassel. Mais un homme doué d'une ame aussi

active pouvoit-il se plaire dans un pays où régnoient des Princes sans cesse occupés des moyens d'améliorer la traite de leurs propres Sujets? Irrité de l'état de stupeur dans lequel on avoit plongé les Hessois, cet homme énergique et sensible chercha les moyens de s'éloigner d'un séjour si peu fait pour une tête pensante.

Le Sénat de Pologne lui offrit une chaire dans l'Université de Vilna: Forster se ren→ dit à ses instances. Mais quoique cette place fût très-lucrative, et que les Patriotes éclairés ne négligeassent rien pour lui procurer les secours littéraires dont il avoit besoin, il ne pouvoit être long-temps heureux dans un pays à moitié barbare, où la Liberté expiroit sous les intrigues de la Prusse et de la. Russie. Alors il àccepta les propositions de Catherine, qui,

jalouse de tous les genres de gloire, vouloit signaler son règne en procurant à la Nation Russe l'honneur d'entreprendre, à l'exemple de la France et de l'Angleterre, un nouveau Voyage autour du monde. Malheureusement pour le progrès des lumières, la guerre contre la Porte fit échouer cet utile projet.

Mais Forster ne pouvoit rester longtemps oublié. Différens Ecrits dont il enrichit successivement l'Histoire Naturelle et les Lettres, accrurent sa réputation. L'Électeur de Mayence le nomma Président de l'Université. Il en remplissoit les fonctions lorsque les Troupes Françoises s'emparèrent de cette ville. Ce Voyageur philosophe, qui avoit observé la Société sous toutes les formes que peuvent produire les divers degrés de civilisation

qui avoit vu l'homme simple et heureux à Otaïti, anthropophage dans la NouvelleZélande, corrompu par l'avarice en Angleterre où le mot respectable (1) est synonyme de riche, dépravé en France par le luxe, en Pologne par l'anarchie, et en Brabant par la superstition, devoit sans doute saisir avec enthousiasme les préliminaires d'une Révolution qui assuroit au genre humain ses droits et son bonheur. Aussi fut-il le premier à promulguer les principes républicains en Allemagne,

Les Mayençois, qui s'étoient formés en Convention nationale, l'envoyèrent à Paris pour solliciter leur réunion à la République Françoise. Mais durant sa mission, la ville de Mayence fut assiégée et reprise

(1) On dit à Londres, a respectable banker, un riche banquier.

« PrécédentContinuer »