Images de page
PDF
ePub

rent dans une médiocrité à laquelle l'anéantissement même eût été mille fois préfé

rable.

La décadence des arts méchaniques dans le Brabant a été plus tardive; parce que les arts qui n'exigent point de réflexion, qu qui sont l'ouvrage de l'exercice et de l'habitude, peuvent devenir une seconde napour des peuples phlegmatiques.

On trouve encore dans toutes les villes de la Belgique des manufactures considérables en toile et en laine: mais celles de toile n'offrent plus que les débris de leur ancienne splendeur. Quelle différence de leur état actuel à ce qu'elles étoient aut quatorzième siècle! Alors Louvain et Ypres occupoient chacune quatre mille hommes, Malines environ trois mille, et Gand près de quarante mille. On sait que long-temps avant cette fameuse insurrection nommée guerre de religion, des milliers de fabricans avoient passé en Angleterre, et que durant ces troubles Elisabeth fit ouvrir ses ports aux artisans fugitifs qui abandonnoient leur patrie pour suivre en paix leur culte. Ajoutons à ces désastres politiques la chûte. de plusieurs autres branches d'industrie,

occasionnée soit par l'introduction des fabriques de soierie dans Anvers, soit par l'inconstance de la mode, à qui l'on doit le discrédit des manufactures de tapisseries, et des fabriques de dentelles si heureusement remplacées par des chiffons de gaze et du papier.

L'homme des champs est seul demeuré ce qu'il étoit, un laborieux, un pénible cultivateur attaché à la gèbe. Ses grains remplissent les granges des nobles et des monastères. Ses troupeaux couvrent de vastes prairies; et dans les heures de ses courts loisirs, il s'occupe de filature, à l'exemple de celui des pays de Liège et de Limbourg. Or, tous ces moyens d'industrie sont autant de canaux par où s'écoulent plusieurs millions qui, des campagnes de Bruxelles, affluent dans la trésorerie de l'empereur.

Si les Belges avoient eu de sages instituteurs pour former la jeunesse ; si les pasteurs politiques du peuple eussent voulu travailler sérieusement à extirper la sottise, la superstition, en un mot, à dissiper les nuages du Nord, pourquoi auroient-ils été moins heureux que ceux de l'Angleterre

Mais le bonheur du tiers-état, jusqu'à Jo seph II, n'étoit de nulle importance, et fut même dans tous les temps un objet de mépris pour les nobles et le clergé. Souvent les suites incalculables des passions sont plus utiles pour la régénération du bien, que de futiles palliatifs qui ne servent qu'à prolonger les abus en dissimulant leur laideur aux yeux du peuple. Nulle part la cupidité ne se montre avec moins de retenue; nulle part un peuple de plaideurs n'assiège avec autant d'acharnement les tribunaux et les cours de justice que dans un pays tel que celui-ci, dont une noblesse nombreuse et ignorante, un clergé non moins ignorant, non moins nombreux, se disputent sans cesse la propriété, la suzeraineté du territoire.

Dans les Pays-Bas catholiques, ainsi qu'en Pologne et en Hongrie, on ne voit de toutes parts que procès et discussions parmi les personnes opulentes. Aussi la classe des jurisconsultes étant plus instruite que la bourgeoisie, s'élève naturellement au dessus d'elle; et c'est pourquoi l'on a vu le premier germe du patriotisme se développer parmi eux, à raison de la supériorité de

leurs lumières. Dans la cohorte formidable de trois à quatre cents avocats, il s'est ren contré quelques individus dont l'esprit a été formé par l'étude et les emplois, et qui ont appris à connoître les droits, les devoirs de l'homme qu'une habitude routinière leur fit découvrir, au point même de les forcer à rectifier et éclaircir le texte des loix actuelles. Guidés par ce flambeau qui, certes, n'eût point brillé à leurs yeux au milieu des signes de croix de l'école jésuitique, ni dans la très-obscure université de Louvain, ils ont soumis à un scrutin épuratoire les prérogatives du prince, lors même qu'avec des intentions salutaires il pénétroit dans l'enceinte des droits sacrés du peuple.

Au moyen de cetto lumière ils connurent le juste rapport du représenté avec ses représentans, et protégèrent les droits du tiers-état contre les attentats de la noblesse et du clergé. L'enthousiasme, enfant de l'oppression et de la vérité, se manifesta dans tous leurs discours. Mais leur éloquence et leur exemple étoient perdus pour un peuple qui ne pouvoit les comprendre. Joseph abolit la joyeuse entrée, attaqua les privilèges des Etats, et le peuple demeura

tranquille; mais lorsqu'il voulut s'emparer des trésors superflus des oisifs sacrés, le peuple osa le braver jusques sur son trône.

XVI LETTRE.

Bruxelles.

DEPUIS l'alliance étroite formée entre la France et l'Autriche, les belles provinces de la Belgique, n'ayant plus à redouter les attaques des François, jouissoient de la plus heureuse tranquillité; et quoique leur commerce eût été borné, leurs richesses intérieures suffisoient pour leur procurer une grande aisance. Charles de Lorraine, qui fut durant une longue suite d'années gouverneur général des Pays-Bas, tenoit, comme on sait., sa cour à Bruxelles. L'amour des Brabançons alloit pour lui jusqu'à l'enthousiasme. Telle sera toujours la destinée des princes qui se contenteront du suffrage volontaire des peuples pour l'établissement des grands subsides, sans prétendre acquérir un

« PrécédentContinuer »