Images de page
PDF
ePub

et la honte cessent d'être les mobiles de nos actions, et bientôt l'on oublie jusqu'au nom même de la vertu.

[ocr errors]

XXIII LETTRE.

La Haye (1).

Nous étions entrés à Anvers sans qu'on nous fît les questions accoutuinées, et nous

(1) Long. 21, 25; lat. 52, 3. Ville magnifique des Provinces-Unies, et que les géographes, ainsi que les oyageurs, s'obstinent toujours à nommer bourg ou village. Elle est le centre du gouvernement de la répu blique, la résidence des Etats-Généraux des ProvincesUnies, des ministres et des ambassadeurs étrangers. Ce prétendu village est comparable aux plus belles villes de l'Europe par son étendue, le nombre, la beauté de ses édifices et de ses rues, ses délicieuses promenades et son commerce en livres, que les prohibitions de la France ont rendu si florissant. La population de la Haye s'élève à plus de quarante mille individus. Elle est située à une lieue de la mer; 1 N. G. de Delft; 3 S. O. de Leyde; 5 N. O. de Rotterdam; 12 S. O. d'Amsterdam; 85 N. par E. de Paris.

La Haye a produit plusieurs grands hommes, entr'aues Frederic Ruysch, le plus célèbre anatomiste de

en sommes sortis avec la même facilité. Durant tout notre voyage à travers le Brabant, le Hainault et la Flandre, on ne nous a demandé qu'une seule fois notre passeport. Je croirois volontiers que cette négligence étoit l'effet de nos manières simples, ainsi que de notre extérieur qui certes n'appelloit point le soupçon. Car, en général, les nouveaux souverains de la Belgique sont peu confians envers les voyageurs.

l'Europe, né en 1638, mort à l'âge de 93 ans. On lui doit l'excellent Commentaire sur la description du jardin des plantes d'Amsterdam, par Commelin. Amsterdam, Blaew, 1697-1701 ; 2 vol. fol. fig. On a publié aussí une édition complète des œuvres de cet homme immortel. Amsterdam; 4 vol. 4°. fig.

Jacques Golius, mort à Leyde, en 1667, à l'âge de 71 ans, célèbre par plusieurs ouvrages sur la littérature orientale. Les plus rares et les plus chers sont un Lexicon arabe et latin. Leyde, Elzevir, 1653; fol. -les Elémens d'Astronomie d'Alfargan, avec de savans commentaires. Amsterdam, 1699; 4°.

[ocr errors]
[ocr errors]

Chrétien Huygens, mathématicien célèbre, inventeur des horloges à pendule, mort en 1695, à 66 ans. La collection complète de ses ceuvres a été publiée Leyde en 1724–1728; 4 vol. 4 . fig.

Jean Second, auteur de Pancharis, et de plusieurs autres poésies érotiques, sous le titre de Basia, imprimées à Leyde en 1631; in1-12.

[ocr errors]

A quelques milles d'Anvers, nous n'avons plus trouvé qu'une vaste lande, où l'œil ne découvroit qu'un horizon dont la monotonie étoit interrompue par quelques clochers épars à une grande distance l'un de l'autre. Des herbages durs et secs, des bruyères, quelques bouleaux rares et isolés, et divers grouppes de jeunes pins disséminés

à

regret sur ce terrein humide et sablonneux, nous rappellèrent certaines contrées du nord de l'Allemagne et de la Prusse. En mois de sept heures, nous arrivâmes sur le territoire hollandois. Nous trouvâmes dans un village, où nous fimes repaître nos chevaux, plusieurs paysans dont la physionomie étoit dure et fortement prononcée, mais qui nous parurent avoir une sorte de franchise et d'activité. Nous remarquâmes plusieurs servantes très-lestes, qui s'emparèrent avec zèle de nos chevaux, de notre cocher, ce qui offroit un contraste piquant avec la mine assoupie des Brabançons.

Le chemin sablonneux se prolonge sur la crête d'une digue élevée, jusqu'à une petite ville située sur la baie qui retient ici le nom de Hollands-Diep. Alors le paysage

s'égaie. Nous apperçûmes même du côté de la mer un horizon sans bornes. La quantité de barques de toutes grandeurs qui vont et viennent çà et là, les bateaux des pêcheurs, les oiseaux de passage qui croisoient en grand nombre sur la superficie de l'eau, les longues allées de saules au dessusdesquelles paroissoient dans l'éloignement l'extrêmité des clochers et des toits de briques, produisoient un ensemble assez agréable. De Moerdyk, qui ne contient qu'un petit nombre de maisons, nous allâmes à Hollands-Diep. L'aspect de cette partie de la Hollande nous rappella l'inondation qui, en 1421, changea soixante-douze villages en un bras de mer, et sépara Dordrecht du continent.

Mais l'aspect riant et pittoresque des villages de la Hollande dissipa bientôt ces nuages sombres. De charmantes maisonnettes très-propres, des rues entrecoupées, de canaux, plantées de tilleuls, et pavées de petites briques uniformes, à-peu-près comme dans les vestibules de nos maisons, formoient, avec cet air de santé qui règne sur tous les visages, un ensemble dont les diverses parties étoient en rapport avec le

tout. Cette apparence, qui n'est muette que pour les esprits superficiels ou inobservateurs, étoit la preuve la moins équivoque que nous étions enfin arrivés sur une terre libre et dans la métropole de l'industrie. Nous eûmes besoin de trois chevaux forts et bien nourris, à cause des chemins difficiles où l'on rencontre de si profondes ornières, que nous étions à chaque instant sur le point de

verser.

Mais lorsque nous eûmes atteint le village d'Haaringsdyk, qui a au moins une demi-licue de long, et qui est pavé de briques, nous fûmes agréablement surpris de voir de tous côtés régner l'abondance et le délicieux spectacle du bonheur public. Heureuses les régions à la fois favorisées de la nature et de la destinée, où l'homme, placé au centre des jouissances de la vie, obtient des plaisirs faciles parce qu'il n'édes desirs bornés; où le paysan prouve que jouit d'une habitation commode et saine; où il savoure en paix les douceurs de cette médiocrité, si desirable et si rarement desirée, au milieu de laquelle les sages se tiennent à égale distance du besoin et du superflu! Peuples, éveillez-vous, et com

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »