Images de page
PDF
ePub

échouer les tentatives des villes les plus considérables de notre Europe. Les Hollandois sont encore, quoiqu'en moindre masse qu'autrefois, les facteurs de toute l'Europe et prescrivent des loix au commerce du change. Aujourd'hui même les nations commerçantes écrivent à Amsterdam pour en connoître le cours.

Nous avons quitté Rotterdam (1) le lendemain matin, après avoir payé notre tribut d'hommages à la statue du sage et ingénieux Erasme (2). Quoique cette statue, ou

(1) Cette ville renferme encore un grand nombre de cabinets de tableaux et d'histoire naturelle qui mériteroient un détail particulier..

Les arsenaux y occupent un terrein immense. La grande église, d'architecture gothique, est un édifice mał conçu, et sur-tout mal éclairé; on y trouve plusieurs mausolées. Les environs de Rotterdam sont parsemés de maisons de campagne délicieuses, et les fortifications sont garnies d'une nombreuse et belle artillerie.

(2) Enfant naturel de Pierre Gérard et de la fille d'un médecin. Il naquit à Rotterdam en 1467.

lui

Vous êtes un démon ou vous êtes Erasme dit le célèbre Thomas Morus, avec lequel il avoit causé long-temps sans se faire connoître.

Peu d'écrivains ont mieux mérité la réputation qu'il s'étoit acquise. Il sut être philosophe à une époque où

pour mieux dire ce monument, soit peu digne de fixer l'attention des artistes, j'ai

il n'y avoit encore que des érudits. Si Erasme eût existé dans le dix-huitième siècle, et Voltaire dans le quinzième, l'un eût été Erasme, l'autre eût été Voltaire. Mais tous les deux étoient prédestinés par la nature pour accélérer les progrès de la philosophie, et ce dernier sur-tout, pour en déterminer enfin les bases éternelles. Si l'on trouve cette assertion trop hardie, je répondrai à ceux qui voudroient l'attaquer : connoissez mieux le quinzième siècle, lisez les écrivains qu'il a produits; lisez ensuite Erasme, et comparez.

Il voyagea en France, en Italie, fut chéri de Léon X, qui dit, en lisant son Eloge de la Folie, dans lequel les papes et les rois sont si maltraités : « ah! je vois bien >>> que l'auteur a aussi la sienne ». Erasme fit plusieurs voyages en Angleterre.

La majeure partie des princes de l'Europe voulurent se l'attacher par des dignités et des bienfaits; Paul III lui offrit même le chapeau de cardinal: mais il n'accepta que la charge purement honorifique de conseiller d'Etat de Charles-Quint, parce qu'elle ne l'engageoit à aucune résidence auprès de ce prince. « Les gens de lettres, di» soit-il, sont comme les tapisseries de Flandre à grands » personnages, qui ont besoin, pour produire leur effet, de n'être apperçues que de loin ».

Il mourut à Bâle en 1536, à l'âge de 70 ans.

La meilleure édition complète de ses œuvres est celle de Leyde; Vander Aa, 1703; 11 vol. fol.

L'Eloge de la Folie, dont nous avons une mauvaise

contemplé en particulier avec charme cette preuve d'estime et de reconnoissance des habitans de Rotterdam envers leur savant concitoyen. Nous avons pris un bateau pour nous rendre à Delft (1) : là nous avons visité la pompe à feu construite par Bolton, et au moyen de laquelle on fait monter l'eau dans le canal. L'Etat devoit faire construire deux de ces machines; mais il s'est contenté d'en établir une seule qui a coûté cent mille florins.

traduction par Gueudeville, a été imprimé séparément cum notis variorum, 1676; in-8°.

Les Elzevirs ont donné une édition de ses Adages en 1650; in-12; et de ses Colloques, 1636 ; in-12. Voyez sa Vie que Burigni nous a donnée (1757, 2 vol. in-12), et qui renferme l'histoire littéraire du siècle d'Erasme.

(1) Long. 21 56; lat. 51, 53. Jolie ville des Provinces-Unies dans la Hollande méridionale. On y voit un bel arsenal et plusieurs édifices magnifiques. Elle est située sur la Schie, entre Rotterdam et Leyde, à 2 1. de la première; 3 de l'autre ; et 1 de la Haye.

Delft est la patrie de Hugues Grotius. Voyez page 297, note 1; de Leuwenhoek. Voyez page 296, note 2; et de Théodore Graswinkel, avocat fiscal des domaines de Hollande, jurisconsulte estimé, mort à Malines en 1666, à 66 ans.

Nous avons laissé à gauche la petite ville de Schiedam (1), ainsi que les nombreuses brasseries d'eau de genièvre qu'elle renferme, et dont le nombre, m'a-t-on dit s'élève à près de deux cents. Quoique ce rapport paroisse exagéré, il est cependant certain que la fabrication et la consommation de cette liqueur doivent être immenses, et que les richesses de Schiedam ne peuvent provenir d'aucune autre source. Je n'ai aucune connoissance particulière sur cette sorte de manipulation: mais les brasseurs. hollandois savent donner à cette liqueur un montant préférable à celui même de l'eaude-vie. Cette boisson si chère à ceux qui s'occupent de travaux pénibles, doit agir vivement sur leur constitution. Je laisse aux médecins à décider de l'effet qu'elle peut produire, d'après une longue suite d'observations et d'expériences.

Nous avons vu à Delft une manufacture de faïance qui est maintenant sous la surveillance des Etats, et dont ils ne tirent

(1) Long. 21, 53, 30; lat. 51, 53, 30. La neuvième dans l'ordre des villes de la Hollande qui dépu tent aux Etats. Elle est située sur la Schie, à une licus de Rotterdam; 2 N. de Delft.

qu'un mince intérêt, parce que la terre jaune angloise vient de porter le dernier coup à cet établissement. La pâte dont on se sert vient du Brabant par la voie de Bruxelles, quoiqu'on ignore précisément le lieu d'où elle est tirée. Le four le plus important, parce qu'il doit être aussi soigné que les fours à porcelaine, consiste en trois chambres situées l'une sur l'autre. Dans la troisième est placé le vase sous la moufle le feu s'allume dans celle d'en bas. La flamme passe par des trous pratiqués autour de cette moufle, et la chambre supérieure sert à recevoir la fumée. Quoique les peintures et même la forme de ces vases soient sans goût, cette espèce de porcelaine mérite cependant la préférence sur celle de plusieurs fabriques du même genre établies en Allemagne.

Comme il nous restoit encore du loisir, nous sommes allés visiter deux églises qu'on trouve dans cette ville. Dans l'une sont les mausolées de l'amiral Tromp (1) et de Pierre

(1) Né à la Brille, ville méridionale de la Hollande. Il s'embarqua à l'âge de 8 ans pour les Indes. Elevé au grade d'amiral, il défit, en 1639, la nombreuse flotte des Espagnols, et gagna ensuite trente-deux autres ba

« PrécédentContinuer »