Images de page
PDF
ePub

DU

DROIT DE REPRÉSENTATION

EN FRANCE

DES

EUVRES DRAMATIQUES ET MUSICALES

FRANÇAISES

La Faculté n'entend donner aucune approbation ni. improbation aux opinions émises dans les Thèses ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.

DU

DROIT DE REPRÉSENTATION

EN FRANCE

DES

ŒUVRES DRAMATIQUES & MUSICALES

FRANÇAISES

THÈSE POUR LE DOCTORAT
Présentée et soutenue le mercredi 25 mars 1896, à 3 heures du soir

[blocks in formation]

1

11001

INTRODUCTION HISTORIQUE

La législation actuelle est sans précédents, en ce qui concerne les droits d'auteur. Si l'auteur d'une œuvre dramatique en était le maître, autrefois comme aujourd'hui, tant qu'elle restait inédite, il n'en était plus de même, dès qu'il l'avait publiée. Les comédiens s'en emparaient et la jouaient malgré lui, sans même lui donner aucune rétribution. Ils déclaraient avec une étonnante naïveté, qu'ils seraient ruinés, s'il leur fallait payer aux auteurs le droit de jouer leurs pièces. Ce qui faisait dire à Beaumarchais, qu'il engageait ces messieurs à employer le même argument à l'égard des costumiers, du souffleur et du moucheur de chandelles, afin de voir si ceux-ci trouveraient la raison bonne. Les comédiens ne payaient pas, parce qu'ils n'y étaient pas forcés. Ce n'est qu'en 1791, qu'une loi fut rendue, qui fixa les droits des auteurs. Ils avaient bien été reconnus auparavant par des règlements, mais ces règlements étaient violés ouvertement. Il est intéressant d'étudier, dans quelles conditions les comédiens traitaient avec les auteurs, pour représenter leurs œuvres, et de voir comment le pouvoir royal dût intervenir, afin de protéger ces derniers. Les règlements royaux ne purent

« PrécédentContinuer »