Images de page
PDF
ePub

fa juste sensibilité fur le fus-dit événement facheux, et 1800 fes voeux pour que l'offenfe foit inceffamment reparée d'une manière fatisfaifante. Le fous- figné s'empreffe en conféquence de requérir avec inftance les bons offices de Son Exc. pour cet effet; et, avec une confiance illimitée dans la manière de penfer jufte et équitable, il à l'honneur de lui renouveller l'affurance de fa confideration et de fon refpe&t.

[blocks in formation]

Noté de Lord Grenville' d Son Ext. M. le Comte de 30 Jail. Wedel Jarlsberg, (traduite de l'Anglois). A Londres

le 30. Juillet 1800.

au C. de

Le fous-figné, Principal - Secrétaire d'Etat de S. M. Note de pour les Affaires - Etrangères, a eu l'honneur de re- Grenville mettre devant le Roi la Note, qu'il a reçu hier du Comte Wedel. Wedel - Jarlsberg, Envoyé Extraordinaire et Miniftre Plénipotentiaire du Roi de Danemarc.

Ce fut avec la plus grande surprise et douleur, que S. M. reçut les premiers rapports de l'affaire, à laquelle cette Note eft relative, Defirant avec application de maintenir toujours avec la Cour de Copenhague ces relations d'amitié et d'alliance, qui ont fi longtems fubfifté entre la Grande-Bretagne et le Danemarc, Sa Maj. a durant tout le cours de fon Règne, donné des preuves réïtérées de ces difpofitions, qu'elle s'étoit flattée de voir reciproquement entretenues par le Gouvernement de Sa Maj. Danoife: Et malgré les expreffions employées dans la Note du Comte Wedel, Sa Maj. ne fçauroit pas même le perfuader encore, que ce foit réellement par les ordres du Roi de Danemarc, que cet état d'harmonie et de paix ait été ainfi foudainement troublé aujourd'hui, ou qu'un Officier Danois ait pu avoir agi conformément à fes inftructions, en commençant des hoftilités effectives contre ce Pays, par une attaque téméraire et non pro¬ voquée contre un vaiffeau de guerre Britannique, portant le Pavillon de Sa Majefté et naviguant dans les Mers Britanniques.

Les impreffions, qu'un tel événement a néceffairement caufécs fur le coeur de Sa Majefté, ont reçu un

[ocr errors]

nou

[ocr errors]

1800 nouveau dégré de force par la lecture d'une Note, dans laquelle il eft demandé fatisfaction et réparation, comme

dues aux Aggreffeurs de la part de ceux qui ont effuyé l'infulte et le tort.

Sa Majefté ayant des égards pour les circonftances difficiles, où les Nations neutres font placées par la conduite fans exemple et le caractère fingulier de fon ennemi, s'eft abftenuë, en bien des occafions durant la préfente guerre, de faite valoir fes droits, et de réclamer, de la part du Gouvernement Danois, l'acquit impartial des devoirs de cette neutralité, qu'il fe profeffoit difpofé à maintenir. Mais l'aggreffion préméditée et ouverte, qu'elle vient d'éprouver, ne fçauroit être paffée de la même façon. La vie de fes braves Marins a été facrifiée; l'honneur de fon Pavillon a été infulté presqu'à la vuë de fes propres côtes. et de tels procédés font foutenus en mettant en conteftation ces droits indifputables, fondés fur les principes les plus évidens du droit des gens, dont Sa Maj. ne fçauroit jamais fe départir, et dont l'exercice modéré eft indifpenfablement neceffaire pour le maintien des intéréts les plus chers de fon empire.

Le fous-figné, dans tous les rapports qu'il a faits à Sa Majesté, a rendu pleinement juftice aux difpofitions, perfonnelles. qu'il a uniformément trouvées, de la part du Comte Wedel, pour écarter toutes caufes de mesintelligence entre les deux pays. Il ne fçauroit donc fe difpenfer aujourd'hui de le preffer de représenter cette matiére à fa Cour fous fon vrai jour; d'effacer ces fauffes impreffions, au moyen desquelles feules une conduite fi injurieufe pour Sa Maj. a pu être autorisée (fi même elle l'a été); et de confulter les intérêts des deux pay's, mais fpécialement ceux du Danemarc, en rendant témoignage aux difpofitions, dont le Gouvernement de Sa Maj. eft animé, et en recommandant à fa Cour avec tout cet empreffément férieux. que l'importance de l'occafion juftitie autant qu'elle l'exige, qu'elle faffe trouver à ces difpofitions, dans une conjoncture auffi critique, un retour proportionné et qu'il foit donné une réponse prompte et fatisfaifante à la demande, que Sa Maj. a ordonné de faire en fon nom à Copenhague, tant pour avoir réparation de ce qui s'eft paffé, que pour fûreté contre la réïteration de ces injurieufes violences.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

A l'effet de donner d'autant plus de poids aux re--1800 préfentations de S. M. fur ce fujet, et de fournir én même tems les moyens de telles explications y relatives, qui puiffent détourner la neceffité de ces extrémités, dont S. M. confidère la perfpective avec la plus grande repugnance, elle à chargé Lord Withworth d'une miffion fpéciale à la Cour de Danemarc; et ce Miniftre fera immédiatement voile pour fa deftination. Cette. Cour; ne Tçauroit voir dans cette détermination, qu'une nouvelle preuve du défir, dont le Roi eft animé, de concilier la confervation de la paix avec le maintien des droits fondamentaux et des intérêts de fon empire.

[blocks in formation]

Note de M. le Comte de Wedel-Jarlsberg à Mylord 2 dont. Grenville. A Londres le 2 Août 1800

Wedel a

Le fous- figné, Envové- Extraordinaire de S. M. Note du Danoife, fe borne a accufer la reception de la Note Code miniftérielle de Mylord Grenville, datée le 30. du paffé, M. Gren'en réponse à la fienne du 29. précedent. 11 en a fait inceffamment part à fa Cour, ainfi que de la miffion, dont Lord With worth eft chargé pour le Danemarc.

[ocr errors]

Mais, en attendant que la difcuffion fur les hoftilités commifes va être portée à Copenhague, le fousfigné s'empreffe de renouveller fa réclamation inftante fur la reftitution de la Frégate Freya, dans un état de continuer fon voyage; et fur celle de fon convoi. Après que le Gouvernement Britannique a, moyennant l'emploi de forces fupérieures, obtenu le but de mettre la Frégate de S. M. Danoife hors d'état de protéger fon convoi contre l'exécution d'une prétention conteftée et en litige, et que l'ane et l'autre ont été amenés dans un Port Anglois, où la prétendue vifite des navires marchands. Seft effectuée, fans qu'on ait découvert le moindre article à la charge des Cargaifons innocentes, le fousfigné le flatte, que le Gouvernement Britannique voudra bien s'empreffer de donner 'par les faits à celui du Da*nemarc l'aflurance conciliatoire, qu'il eft bien éloigné d'aggraver le différend par la prolongation de procedés hoftiles, et une preuve qu'en reftituant les, vaiffeaux 2 3

men

ville.

1800 mentionnés il les traite différemment des captures faites

[ocr errors]

fur l'ennemi.

Le fous-figné prie S. E. Mylord Grenville, de vouloir bien appuyer fa jufte demande de fes bons offices, et d'en confidérer l'accompliffement comme une voye ouverte vers telle explication qui puiffe arrêter l'impreffion du paffé et affurer la continuation d'une harmonie, qui a conftamment fait la fatisfaction et le bonheur des Souverains des Nations réciproques.

[blocks in formation]

44. Note de Lord Grenville à Son Excel. M. le Comte de Wedel-Jarlsberg traduite de l'Anglois). A Londres le 4 Août 1800.

Note de Lord

[ocr errors]

Le fous-figné.principal Secrétaire- d'Etat de S. M. Grenville pour les Affaires - Etrangères, a eu l'honneur de remettre au G. de devant le Roi la Note, qui lui a été transmife par le Wedel. Comte, Wedel-Jarlsberg, Envoyé - Extraordinaire et Miniftre Plénipotentiaire de S. M. Danoife, le a. de ce mois.

[ocr errors]

Pour ce qui concerne la demande, faite par le Comte Wedel-Jarlsberg, pour faire relâcher la Frégate Danoife, Freya, et fon convoi il a ordre de Sa Majefté, d'informer ce Miniftre, que, quel que foit le défir de S M de manifefter en toutes les occafions fon égard et fon amitié pour le Roi de Danemarc, cependant comme le Capitaine de la Freya a jugé à propos, fans aucune provocation, de commencer des hoftilités actuelles contre un de fes vaiffeaux de guerre, et de facrifier témérairement (wantonly) les vies des fujets des deux Souverains, par une conteftation où il eft entré fans caufe, et qui pouvoit uniquement conduire à une effufion de fang non neceffaire, la Frégate et le convoi, qui fe trouvoient placés fous fes ordres, doivent neceffairement répondre du réfultat de la demande, qui fera faite au nom de Sa Majefté, d'une fatisfaction due à cette conduite fi peu fufceptible de justification et fi digne de blâme.

Cette refolution de la part de S. M. eft d'autant plus neceffaire, que le cas préfent n'eft pas le prémier, où S. M. à eu récemment à fe plaindre d'une pareille

[ocr errors]

con

[graphic]

conduite, et depuis que la patience diftinguée, qu'on 18CO à obfervée dans le cas du Phénix, paroit avoir produit un effet, qui à fi peu répondu aux voeux et à la jufte attente de Sa Majefté. Mais c'eft avec plaifir, que S. M. anticipe l'époque, où la Cour de Copenhague, par une détermination qui s'accorde avec l'ufage établi et le droit des gens, ainfi qu'avec l'honneur du pavillon de Sa Majefté, la mettra à même de manifefter, de fon côté, fes fentimens d'amitié envers une Puifiance, avec laquelle elle eft liée par tant de liens.

Signé:

[ocr errors]

GRENVILLE.

Peu après la Cour de St. James envoya le Lord Whitworth en qualité de fon Envoyé extraordinaire et plenipotentiaire à Copenhague afin de negocier un arrangement à l'amiable, en appuyant ces negociations d'une efcadre envoyée dans le Sund fous le commandement de Amiral Dixon, qui jetta l'ancre près d'Helfingoer le 19 Août. Cette negociation eft contenue dans les pièces Suivantes.

"" Nr. V

[ocr errors]

Note de Lord Whitworth à M. le Comte de Bernforff. s doht. A Copenhague le 12 Août: 1800.

M. Whit

Sa Maj. Britannique, animée du defir le plus fincère Note do de maintenir conftamment avec la Cour de Copenhague worth au ces relations d'amitié et d'alliance, qui avoient dépuis Comte de fi longtems fubfifté entre la Grande - Brétagne et le Da- Bernstorff. nemarc, n'a pu voir qu'avec furprife et douleur la démarche hoftile, par laquelle ce Gouvernement vient d'en interrompre le cours, Sa Majefté n'a jamais ceffé de donner les preuves les plus évidentes de cette difpofition; et elle s'étoit flattée d'un retour de la part de Sa Maj. Danoife, conforme à ces fentimens.

Non obftant les expreffions, dont s'eft fervi le Miniftre de Sa Maj. Danoife dans une Note officielle. qu'il a cru devoir préfenter à fon Miniftère, au fujet de la detention de la Frégate, la Freya, et de fon convoi, Sa Maj. ne pent pas même encore fe perfuader. que ce foit veritablement d'après les ordres de Sa Maj. Danoife, que la paix et la bonne harmonie aient été fi fubitement interrompues, ou qu'un Officier Danois ait pu agir con

24

formé

« PrécédentContinuer »