Images de page
PDF
ePub

2024

2027

2026

2017

2028

་་

"

les biens du débiteur principal situés hors de l'arrondisse«ment du tribunal d'appel du lieu où le paiement doit être fait, ni des biens litigieux, ni ceux hypothéqués à la dette qui ne sont plus en la possession du débiteur. »

"

"

Art. 15. « Le créancier qui a négligé de discuter les biens qui lui ont été indiqués n'en a pas moins le droit de porsuivre la caution.

"

Néanmoins si le créancier avait accepté les deniers pour

« la discussion des biens indiqués, il serait responsable de l'insolvabilité survenue par le défaut de poursuite.

"

[ocr errors]
[ocr errors]

Art. 16. Lorsque plusieurs personnes se sont rendues « cautions d'un même débiteur pour une même dette, elles « sont obligées chacune à toute la dette.

[ocr errors]

Art. 17. " Néanmoins chacune d'elles peut, à moins qu'elle « n'ait renoncé au bénéfice de division, exiger que le créan«cier divise préalablement son action, et la réduise à la part « et portion de chaque caution.

"

Lorsque dans le temps où une des cautions a fait pro<< noncer la division, il y en avait d'insolvables, cette caution

« est tenue proportionnellement de ces insolvabilités; mais

[ocr errors]

elle ne peut plus ètre recherchée à raison des insolvabilités « survenues depuis la division. »

་་

Art. 18. « Si le créancier a divisé lui-même et volontaire«ment son action, il ne peut revenir contre cette division, quoiqu'il y eût, même antérieurement au temps où il l'a «< ainsi consentie, des cautions insolvables.

"

"

SECTION II. De l'Effet du cautionnement entre le débiteur et

"

la caution.

Art. 19. « La caution qui a payé a son recours contre le débiteur principal, soit que le cautionnement ait été donné au su ou à l'insu du débiteur.

« Ce recours a lieu tant pour le principal que pour les in«térêts et les frais; néanmoins la caution n'a de recours que

« pour les frais par elle faits depuis qu'elle a dénoncé au dé« biteur principal les poursuites dirigées contre elle.

[ocr errors]

« Elle a aussi recours pour les dommages et intérêts, s'il

ya

[merged small][ocr errors]

Art. 20. « La caution a, pour le recours, les mêmes ac- 2029 tions et le même privilége de subrogation que la loi accorde « au codébiteur solidaire. »

[ocr errors]

Art. 21. « Lorsqu'il y avait plusieurs débiteurs principaux 2030 solidaires d'une même dette, la caution qui les a tous cau«tionnés a contre chacun d'eux le recours pour la répétition « du total de ce qu'elle a payé. »

[ocr errors]

Art. 22. « La caution qui a payé une première fois n'a 2031

point de recours contre le débiteur principal qui a payé

« une seconde fois lorsqu'elle ne l'a point averti du paie«ment par elle fait; sauf son action en répétition contre le « créancier.

"

[ocr errors]

Lorsque la caution aura payé sans être poursuivie et sans avoir averti le débiteur principal, elle n'aura point de re

« cours dans le cas où au moment du paiement le débiteur

[ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors]

Art. 23. « La caution, même avant d'avoir payé, peut 2033

agir contre le débiteur pour être par lui indemnisée :

« 1°. Lorsqu'elle est poursuivie en justice pour le paiement;

« 2°. Lorsque le débiteur a fait faillite ou est en deconfi

u ture;

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

3o. Lorsque le débiteur s'est obligé de lui rapporter sa décharge dans un certain temps;

[ocr errors]

4. Lorsque la dette est devenue exigible par l'échéance du terme sous lequel elle avait été contractée ;

5°. Au bout de dix années, quoique l'obligation principale soit de nature à durer plus long-temps, à moins que l'obligation principale, telle qu'une tutelle, ne soit pas de « nature à pouvoir être éteinte avant un temps déterminé.

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

SECTION III. - De l'Effet du cautionnement entre les cofidéjusseurs.

[ocr errors]

Art. 24. Lorsque plusieurs personnes ont cautionné un « même débiteur pour une même dette, la caution qui a acquitté la dette a recours contre les autres cautions, cha«cune pour sa part et portion.

་་

« Mais ce recours n'a lieu que lorsque la caution a payé << en conséquence de poursuites dirigées contre elle. »

CHAPITRE III.

De l'Extinction du cautionnement.

Art. 25. « L'obligation qui résulte du cautionnement s'é<< teint par les mêmes causes que les autres obligations.

[ocr errors]

Art. 26. « La confusion qui s'opère dans la personne du « débiteur principal ou de sa caution, lorsqu'ils deviennent << héritiers l'un de l'autre, n'éteint point l'action du créan« cier contre celui qui s'est rendu caution de la caution. » Art. 27. « La caution peut opposer au créancier toutes les exceptions qui appartiennent au débiteur principal, et qui " sont inhérentes à la dette.

་་

Mais elle ne peut opposer les exceptions qui sont pure"ment personnelles au débiteur. »

Art. 28. « La caution est déchargée, lorsque la subrogation << aux droits, hypothèques et priviléges du créancier ne peut plus, par le fait de ce créancier, s'opérer en faveur de la «< caution. »)

"

་་

Art. 29. L'acceptation volontaire que le créancier a faite « d'un iinmeuble ou d'un effet quelconque en paiement de « la dette principale décharge la caution, encore que le << créancier vienne ensuite à en être évincé. »

"

་་

Art. 30. « La simple prorogation de terme, accordée par le créancier au débiteur principal, ne décharge point la

caution, qui peut, en ce cas, poursuivre le débiteur pour

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small]

De la Caution légale et de la caution judiciaire.

Art. 31. « Toutes les fois qu'une personne est obligée, par 2040 « la loi ou par une condamnation, à fournir une caution, la « caution offerte doit remplir les conditions prescrites par les articles 8 et 9 du présent titre.

་་

[ocr errors]

Lorsqu'il s'agit d'un cautionnement judiciaire, la caution

« doit en outre être susceptible de contrainte par corps. » Art. 32. « Celui qui ne peut pas trouver une caution est 3041 reçu à donner à sa place un gage en nantissement suffisant.»

[ocr errors]

Art. 33. « La caution judiciaire ne peut point demander 1041 « la discussion du principal débiteur. »

Art. 34. « Celui qui a simplement cautiouné la caution ju- 2043 « diciaire ne peut demander la discussion du principal dé« biteur et de la caution. »>

M. BIGOT-PRÉAMENEU fait lecture du chapitre Ier, de la Nature et de l'Étendue du cautionnement.

Les articles et 2 sont adoptés,

L'article 3 est discuté.

M. JOLLIVET pense qu'il serait cependant possible de stipuler la contrainte par corps contre la caution, quoiqu'elle n'eût pas été stipulée contre le débiteur.

MM. MALEVILLE, BIGOT-PRÉAMENEU, TREILHARD et Mu RAIRE, répondent que le cautionnement n'est qu'un accessoire de l'obligation principale ; que la condition de la caution ne peut donc être plus dure que celle du débiteur.

L'article est adopté.

Les articles 4, 5, 6 et 7 sont adoptés.

L'article 8 est discuté.

M. JOLLIVET dit que cet article restreint beaucoup trop les

2011-2012

2013

2114 à 2017

2018

[ocr errors]

2019

2020

facilités que doit avoir le débiteur pour la présentation de la caution. Il serait possible, en effet, qu'il ne pût en trouver dans le département, et qu'au-delà, à une distance trèsrapprochée, il eût un ami qui consentît à le cautionner.

M. TREILHARD observe que cet article ne concerne pas le cas où le créancier indique la caution qu'il désire, mais celui où la présentation en est confiée au débiteur. Alors il faut que le créancier ne puisse être forcé d'accepter une caution dont la poursuite deviendrait trop embarrassante.

M. BERENGER répond que si le créancier attache quelque intérêt à avoir une caution domiciliée dans le département il peut le stipuler; mais que la loi ne doit pas ajouter au contrat pour aggraver la condition du débiteur.

M. BIGOT-PRÉAMENEU dit que si le débiteur ne croit pas pouvoir fournir une caution domiciliée dans le département, il se ménagera, par la stipulation, une plus grande latitude. Mais hors ce cas, il convient de fixer des limites, et dès lors il est impossible d'avoir égard à la possibilité que peut avoir le débiteur de présenter une caution domiciliée à une distance même peu éloignée du territoire fixé.

M. JOLLIVET demande que du moins la caution puisse être prise parmi les citoyens domiciliés dans le ressort du tribunal d'appel, car la contestation serait portée devant ce tribunal. L'article est adopté avec cet amendement.

L'article 9 est adopté.

L'article 10 est discuté.

M. REGNAUD (de Saint-Jean-d'Angely) attaque le principe de l'article. Il demande qu'on adopte la doctrine de Pothier, qui distingue le cas où le débiteur s'est chargé d'une manière indéterminée de fournir une caution, de celui où il s'est obligé sous le cautionnement d'une personne determinée. Pothier ne le décharge que dans le dernier cas de l'obligation de présenter une caution nouvelle, lorsque celle qu'il a donnée devient insolvable.

M. TREILHARD répond que l'obligation de fournir caution

« PrécédentContinuer »