Images de page
PDF
ePub

encouragé. Combien la santé des citoyens gagneroit à l'exercice gymnique qu'il décrit ! Qu'il est favorable au développement de nos facultés physiques! Que la fraîcheur d'une eau pure passe aisément de nos corps dans nos âmes, et ramène avec elle le contentement, la sérénité, la joie ! Que d'occasions où cette habitude peut nous sauver la vie ! Et puis est-il donc impossible que les Français, devenus aussi habiles nageurs qu'ils sont intrépides soldats, s'approchent sur une flotte victorieuse des côtes de la perfide Albion, et, pour y aborder, franchissent le reste des flots à la nage?

Voici le jugement général porté par le jury des livres élémentaires. (Voir le tableau ci-contre.)

Le conseil des Cinq-Cents, après une longue discussion, donne sa sanction au jugement du jury, et le conseil des Anciens confirme la résolution du conseil des Cinq-Cents, d'après le rapport d'une commission spéciale. (Voir le Moniteur.)

RAPPORT

SUR L'ÉTABLISSEMENT DES ÉCOLES NORMALES.

CITOYENS REPRÉSENTANS,

Je viens, au nom de votre comité d'instruction publique, vous présenter un plan d'organisation pour les écoles normales que vous avez décrétées. A ce nom seul d'organisation des écoles, un grand intérêt et une grande attente se réveillent dans la nation et dans la Convention. Il y a quelques mois, des hommes qui avoient leurs motifs pour vouloir tout couvrir de ténèbres étoient prêts à 'traiter de criminels ceux qui vous auroient parlé d'instruction et de lumières; c'est surtout des tyrans que vous avez renversés qu'il étoit vrai de dire qu'ils craignoient les hommes éclairés comme les brigands et les assassins craignent les réverbères. Aujourd'hui la Convention gouverne seule la nation qu'elle représente, et le cri una

nime de la France et de ses législateurs demande un nouveau système d'enseignement, pour répandre sur tout un peuple des lumières toutes nouvelles.

• Il y a longtemps que nous nous sentions pressés de vous parler de cet objet, qui doit à la fois terminer la révolution dans la République française et en commencer une dans l'esprit humain; et nous avons espéré qu'en faveur d'un intérêt si grand vous nous permettriez de vous en entretenir avec quelque étendue.

On s'est étonné de ce que, depuis cinq ans que la révolution est commencée, elle n'ait rien fait encore pour l'instruction, et moi-même j'ai gémi souvent devant vous de ce long retard, comme s'il avoit occasionné des pertes irréparables, et comme s'il avoit été possible de donner plus tôt à la France un bon système d'éducation.

De tels regrets annoncent que nous avons consulté l'impatience de nos désirs plus que la nature des choses, et nos vœux plus que nos moyens.

Pour entreprendre avec succès d'établir un plan d'instruction publique sur lequel l'esprit humain puisse fonder des espérances qui soient grandes et qui soient légitimes, plusieurs conditions sont nécessaires; il faut d'abord que les principes du gouvernement soient tels que, loin d'avoir rien à redouter des progrès de la raison,

« PrécédentContinuer »