Mémorial catholique: ouvrage périodique, Volumes 1 à 2

Couverture
Au Bureau du Mémorial Catholique, 1824
 

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 218 - Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marche point dans les ténèbres ; mais il aura la lumière de la vie.
Page 88 - D'autres cyniques étonnèrent la vertu, Voltaire étonne le vice. Il se. plonge dans la fange , -il s'y roule , il s'en abreuve ; il livre son imagination à l'enthousiasme de l'enfer qui lui prête toutes ses forces pour le traîner jusqu'aux limites du mal.
Page 62 - ... au vagabondage le plus alarmant. Ils sont sans idée de la divinité, sans notion du juste et de l'injuste. De là des mœurs farouches et barbares; de là un peuple féroce. « Si l'on compare ce qu'est l'instruction avec ce qu'elle devrait être, on ne peut s'empêcher de gémir sur le sort qui menace les générations présentes et futures.
Page 96 - Le nom de romantique a été introduit nouvellement en Allemagne pour désigner la poésie dont les chants des troubadours ont été l'origine , celle qui est née de la chevalerie et du christianisme.
Page 230 - ... l'État ne cessera d'être agité jusqu'à ce qu'il soit détruit ou changé, et que l'invincible nature ait repris son empire.
Page 91 - Dolomieu, que s'il ya quelque chose de constaté en géologie , c'est que la surface de notre globe a été victime d'une grande et subite révolution , dont la date ne peut remonter beaucoup au delà de cinq ou six mille ans...
Page 16 - Au surplus, j'envie mon frère: depuis longues années du moins il a quitté ce triste monde. Je vous remercie infiniment, monsieur, de l'estime que vous voulez bien me témoigner dans votre belle et noble lettre, et vous prie d'agréer l'assurance de la considération très distinguée avec laquelle j'ai l'honneur d'être, etc.
Page 153 - Selon ce droit primitif de la nature, nul n'a de droit particulier sur quoi que ce soit et tout est en proie à tous.
Page 147 - On prouverait au premier que jamais État ne fut fondé que la religion ne lui servît de base; et au second, que la loi chrétienne est au fond plus nuisible qu'utile à la forte constitution de l'État.
Page 145 - Pères , de gouverner les hommes en les rendant heureux. » Pesez la masse du bien que les Jésuites ont fait; souvenez-vous des écrivains célèbres que leur corps a donnés à la France, ou de ceux qui se sont formés dans leurs écoles; rappelez- vous les royaumes entiers qu'ils ont conquis à notre commerce par leur habileté , leurs sueurs et leur sang ; repassez dans votre mémoire les miracles de leurs missions au...

Informations bibliographiques