Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI, depuis son mariage jusqu'à sa mort: Ouvrage composé sur des pièces authentiques fournies à l'auteur, avant la révolution, par plusieurs ministres et hommes d'état; et sur les pièces justificatives recueillies, après le 10 août, dans les cabinets de Louis XVI, à Versailles, et au château des Tuilleries, Volume 2

Couverture
Treuttel et Würtz, 1801 - 348 pages

À l'intérieur du livre

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 284 - Voilà les points que Votre Majesté a bien voulu me permettre de lui rappeler. Elle n'oubliera pas qu'en recevant la place de contrôleur général, j'ai senti tout le prix de la confiance dont elle m'honore, j'ai senti qu'elle me confiait le bonheur de ses peuples, et, s'il m'est permis de le dire, le soin de faire aimer sa personne et son autorité. Mais, en même temps j'ai senti tout le danger auquel je m'exposais. J'ai prévu que je serais...
Page 99 - Saint-Germain; il a tout vu : ce fut le soleil à midi qui éclaira ce mariage, la lune a été témoin du reste. Le roi embrassa tendrement la princesse quand elle fut au lit, et la pria de ne rien contester à M. le prince de Conti , et d'être douce et obéissante : nous croyons qu'elle l'a été.
Page 55 - ... à Louis XVI , dans lesquelles il cite les effets de la faiblesse de tels et tels rois. J'en ai vu une dans laquelle il dit à Louis XVI : que la destinée de Charles Ier. ou de Charles IX , est celle des Monarques gouvernés par des courtisans. Louis XVI remit cette lettre sous une enveveloppe cachetée du petit sceau royal , grand comme une centime , avec cette suscription de sa main : Lettre de M. Turgot. Enfin , pour mieux apprécier et connaître Louis XVI , je remarquerai qu'il avait traduit...
Page 52 - Fénélon , ses auteurs chéris, trois ou quatre cents phrases concises et sentencieuses ; il les avait classées par ordre de matières, et il en avait formé un second ouvrage dans le goût et suivant les formes de Montesquieu ; il avait donné pour titre général à ce traité : De la monarchie tempérée , avec des chapitres intitulés : De la personne du prince. De l'autorité des corps dans l'État.
Page 170 - ... propriétés, par des lits de justice ; des affaires civiles et criminelles, par des évocations ou cassations, et suspendre le cours de la justice par des exils particuliers ou des translations arbitraires.
Page 284 - J'aurai à lutter même contre la bonté naturelle, contre la générosité de Votre Majesté et des personnes qui lui sont le plus chères. Je serai craint, haï même, de la plus grande partie de la cour, de tout ce qui sollicite des grâces. On m'imputera tous les refus ; on me...
Page 284 - On m'imputera tous les refus; on me peindra comme un homme dur, parce que j'aurai représenté à Votre Majesté qu'elle ne doit pas enrichir même ceux qu'elle aime , aux dépens de la subsistance de son peuple. Ce peuple auquel je me serai sacrifié est si aisé à tromper, que peut-être j'encourrai sa haine par les mesures mêmes que je prendrai pour le défendre contre la vexation.
Page 283 - ... administrateurs, par quelques opérations imprudentes et surtout par une récolte qui paraît avoir été médiocre. Sur cette matière, comme sur beaucoup d'autres, je ne demande point à Votre Majesté d'adopter mes principes sans les avoir examinés et discutés soit par elle-même, soit par des personnes de confiance, en sa présence; mais, quand elle en aura reconnu la justice et la nécessité, je la supplie d'en maintenir l'exécution avec fermeté sans se laisser effrayer...
Page 165 - Vergennes laissait l'arbitre de toutes ses démarches politiques, et sur-tout des grâces attachées à son département. M. le comte de Maurepas rendait compte au roi du travail des affaires étrangères comme de son propre ouvrage : mais le ministre subalterne devait recueillir un jour le fruit des impressions qui demeuraient dans l'esprit du monarque ; et telle est la source de cette confiance plénière qui a éclaté dans les dernières années du ministère de M.
Page 104 - ... jusques au nombre de cent à cent-cinquante; elles y trouvaient un repas splendide qu'elles étaient obligées de prendre toutes nues ; et lorsque les vins brûlans , les liqueurs et les alimens du plus haut goût avaient jeté ces Femmes dans la situation des bacchantes de l'antiquité , elles tombaient ivres et pêle-mêle dans les bras des laquais du duc d'Orléans , dans les siens , et dans ceux de la compagnie.

Informations bibliographiques