Images de page
PDF
ePub

Valeur approximative des cargaisons: Marchandises importées. 7,017,000 liv. exportées. 3,942,010

(Rapport du ministre Rolland, déc. 1792).

Monnaies.

Valeur des monnaies de Suède en argent tournois. Ducat (nombre d'or), 11 liv. 1 sol. Double ducat, à proportion.

Rixdaler, (monnaie d'argent) de 48 schellings ou escalins, à 6 dahlers d'argent, ou 18 dahlers de cuivre, 12 liv. 3 sols 4 deniers.

Pièces de deux tiers, une demie, un sixième, un douzième, un vingt-quatrième de rixdaler à proportion.

Dahler, ou écu d'argent, 2 liv. 6 den. trois quarts.

Pièces de 4, 3, 2, 1 et, 1, dahler, à proportion.

Dahler, ou écu de cuivre, 13 sols 6 deniers.

Pièces de 12, 9, 6, 4 et 1, 3, 2 et 1, à proportion.

Pièces de 2 et 1 cers d'argent, ou de 6 et 3 œers de cuivre, à raison d'un sol 3 den. un peu plus pour l'oer d'argent, et d'un denier et quelque chose pour l'or de cuivre ou rundstuck.

On compte en Suède par rixdaler de 48 schellings, et le schelling a 12 deniers ou pennings (Peuchet.)

ÉTAT POLITIQUE.

La Suède, dans les premiers tems de la révolution, semblait devoir joindre ses troupes à celles de la coalition contre la France; mais après la mort de Gustave III, arrivée le 29 mars 1792, elle changea de systême. Le duc de Sudermanie, oncle paternel du Prince Royal, âgé de 14 ans lors de la mort de son père, fut, au desir du testament du feu Roi, déclaré seul régent et tuteur du fils, proclamé sous le nom de Gustave Adolphe, jusqu'à sa majorité, c'est-à-dire, jusqu'à l'âge de 18 ans.

Au milieu des mouvemens qui ont agité l'Europe, la Suède a dû sa tranquillité à la

prudence et aux mesures conciliatrices du régent.

Elle a gardé la neutralité armée.

Le procès-verbal de réception de son ambassadeur, au sein de la Convention nationale, doit trouver place ici.

EXTRAIT du procès-verbal de la Convention nationale.

Séance du 4 floréal de l'an 3 de la République française, une et indivisible.

Le comité de salut public présente un rapport sur les cérémonies consacrées par l'usage chez les divers peuples de l'Europe, lors de la réception des ambassadeurs et ministres plénipotentiaires; et sur ses propositions, la Convention nationale décrète :

ART. 1o. A la réception des envoyés des puissances étrangères dans le sein de la représentation nationale, ceux qui seront revêtus du caractère d'ambassadeurs, seront assis dans un fauteuil vis-à-vis du président.

Ils parleront assis.

II. Il sera placé, pour leur cortège, des banquettes à droite et à gauche.

III. La disposition de l'article précédent est

commune à tous les envoyés des puissances étrangères revêtus du caractère de ministres plénipotentiaires.

IV. Le président, dans sa réponse à l'ambassadeur ou autre envoyé, lui donnera les mêmes titres qui lui seront attribués par ses lettres de créance.

LE PRÉSIDENT annonce alors que l'ambassadeur de Suède demande à se rendre au sein de l'assemblée à l'instant même il est introduit suivi de son cortège; il se rend à la place destinée pour lui, s'assied, prend la parole et dit :

CITOYENS REPRÉSENTANS DU PEUPLE FRANÇAIS,

«L'alliance des rois de Suède avec la France, consacrée depuis long-tems dans les traités, dans les annales de l'histoire, et plus encore par cette analogie de caractère si remarquable entre les deux peuples, n'a point souffert du choc politique dont l'Europe est ébranlée. Le système suivi par le gouvernement suédois, le traité de neutralité armée conclu entre les rois de Suède et de Danemarck, sont pour la République française une preuve des sentimens dont sa majesté le roi de Suède vous assure aujourd'hui par mon organe.

Je viens en son nom, au sein de la représentation nationale de France, rendre un hommage éclatant aux droits naturels et imprescriptibles des nations. Ne doutez point que les Suédois, qu'on a souvent appelés les Français du nord, ne continuent de former un peuple de frères avec les Français du -midi. Il est doux pour moi, citoyens représentans, d'avoir à entretenir, à fortifier cette union par la franchise et la loyauté dont nous nous donnerons respectivement les exemples. Puisse la paix, source de la véritable prospérité des empires, couronner bientôt les glorieux succès de la France! Puissent tous les gouvernemens, quels qu'ils soient, se respecter mutuellement, ne rivaliser qu'en justice, en sagesse, en générosité! Puissent enfin les Français, ce peuple brillant, intrépide, au-dessus désormais des passions réprouvées par la morale et par la philosophie politique, offrir au genre humain le spectacle de la puissance réunie à la vertu ! >>>

Ce discours est couvert des plus vifs applaudissemens.

LE PRÉSIDENT répond:

« Baron Eric Magnus Staël de Holstein, ambassadeur exrraordinaire de Suede,

» Les applaudissemens universels qui ont de

« PrécédentContinuer »