Images de page
PDF
ePub

sacrés et la morale sainte du christianisme étaient appris et enseignés; il ne pouvait voir sans douleurplusieurs de ceux qui se chargent du respectable. soin d'instruire et d'édifier les fidèles, se piquer de savoir toutes choses excepté la seule qui leur soit nécessaire, et préférer l'étude d'une orgueilleuse, philosophie à celle des saintes lettres, qu'ils ne peuvent négliger sans se rendre coupables de leur. propre ignorance et de la nôtre. Il n'a rien oublié pour procurer à l'église de plus grandes lumières, et au peuple de meilleures instructions. Chacun sait avec quelle ardeur il montrait l'exemple, même sur ce point. Semblable à un enfant préféré, qui pénétré d'une tendre reconnaissance, feuillette, avec un plaisir mêlé de larmes le testament de son père, il méditait sans cesse nos livres sacrés ; il y trouvait sans cesse de nouveaux motifs de bénir leur divin auteur, et de s'attrister des liens terrestres qui le tenaient éloigné de lui. Il possédait la sainte Écriture mieux que personne au monde; il en savait toutes les langues, et en connaissait tous les textes. Les commentaires qu'il a faits sur saint Paul et sur la Genèse ne sont pas un témoignage moins certain de la justesse de sa critique et de la profondeur de son érudition, que de son zèle pour la gloire de l'Esprit Saint qui a dicté ces livres : et la chaire de professeur en langue hébraïque qu'il a fondée en Sorbonne, n'y sera pas moins un monument des lumières qui lui en ont fait apercevoir le besoin, que de la munificence chrétienne qui l'a porté à y pourvoir.

[ocr errors]

Mais à quoi sert d'entrer ici dans tous ces détails ? Ne nous suffit-il pas de savoir qu'il avait à ce haut degré une seule de ces vertus, pour être assurés qu'il les avait toutes? Les vertus chrétiennes sont

indivisibles comme le principe qui les produit. La foi, la charité, l'espérance, quand elles sont assez parfaites, s'excitent, se soutiennent mutuellement; tout devient facile aux grandes âmes avec la volonté de tout faire pour plaire à Dieu; et les rigueurs mêmes de la pénitence n'ont presque plus rien de pénible pour ceux qui savent en sentir la nécessité et en considérer le prix. Entreprendrai-je, messieurs, de vous décrire les austérités qu'il exerçait sur lui-même? N'effrayons pas à ce point la mollesse de notre siècle. Ne rebutons pas les âmes pénitentes qui, avec beaucoup plus d'offenses à réparer, sont incapables de supporter de si rudes travaux. Les siens étaient trop au-dessus des forces ordinaires pour oser les proposer pour modèles. Eh! peu s'en faut, mon Dieu, que je n'aie à justifier leur excès devant ce monde efféminé, si peu fait pour juger de la douceur de votre joug. Combien de téméraires oseront lui reprocher d'avoir abrégé ses jours à force de mortifications et de jeûnes, qui ne rougissent point d'abréger les leurs dans les plus honteux excès! Laissons-les, au sein de leurs égaremens, prononcer avec orgueil les maximes de leur prétendue sagesse ; et cependant le jour viendra où chacun recevra le salaire de ses œuvres. Contentons-nous de dire ici que ce grand et vertueux prince mortifia sa chair comme St Paul, sans avoir à pleurer comme lui l'aveuglement de sa jeunesse. Il pécha sans doute, et quel homme en est exempt? Aussi, quoique son cœur ne se fût point endurci, quoiqu'il pût dire, comme cet homme de l'évangile pour lequel Jésus conçut de l'affection, O mon maître, j'ai observé toutes ces choses dès mon enfance (1), il n'ignorait pas qu'il avait pourtant

(1) Marc, chap. X, v. 20.

des fautes à expier ou à prévenir; il n'ignorait pas que, pour arriver au terme qu'il se proposait, le chemin le plus sûr était le plus difficile, selon ce grand précepte du Seigneur, efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car je vous dis que plusieurs demanderont à entrer, et ne l'obtiendront point (1); il n'ignorait pas, enfin, ces terribles paroles de l'Écriture, en vain échapperions-nous à la main des hommes, si nous ne faisons pénitence, nous tomberons dans celle de Dieu (2).

Nous l'avons vu, dans ces derniers momens de sa vie où son corps exténué était prêt à laisser cette âme pure en liberté de se réunir à son Créateur, refuser encore de modérer ces saintes rigueurs qu'il exerçait sur sa chair; nous l'avons vu, jusqu'à la veille de son décès, et tout ce peuple en larmes l'a vu avec nous, se lever avec effort, et, se soutenant à peine, se traîner chaque jour à l'église, en prononçant ces paroles dont il sentait avec joie approcher l'accomplissement, nous irons dans la maison du Seigneur (3). Bien différent de cet empereur païen qui voulut mourir debout pour le frivole plaisir de prononcer une sentence, il voulut mourir debout pour rendre à son Créateur, jusqu'au dernier jour de sa vie, cet hommage public qu'il n'avait jamais négligé de lui rendre; il voulut mourir comme il avait vécu, en servant Dieu et édifiant les hommes.

Ne doutons point qu'une si sainte vie n'obtienne la récompence qui lui est due. Souffrons sans murmure que celui qui a tant aimé le bonheur des

(1) Luc, chap. XIII, v. 24.

(2) Ecclésiatique, chap. II, v. 22. (3) Psaume 121, V. I.

hommes voie enfin couronner le sien. Espérons que le désir de répandre sur nous des bienfaits, qui a été sur la terre l'objet de toutes ses actions, deviendra dans le ciel celui de toutes ses prières. Enfin, travaillons à nous sanctifier comme lui; et faisons en sorte que, ne pouvant plus nous être utile par ses bonnes œuvres, il le soit encore par son exemple.

En attendant qu'il partage sur nos autels les honneurs de son saint et glorieux ancêtre Louis IX, en attendant que son nom soit inscrit dans les fastes sacrés de l'église, comme il l'est déjà dans le livre de vie; invoquons pour lui la divine miséricorde ; adressons aux saints en sa faveur les prières que nous lui adresserons un jour à lui-même : demandons au Seigneur qu'il lui fasse part de sa gloire, pour laquelle il a tant eu de zèle ; qu'il répande ses bénédictions sur toute la maison royale, dont ce vertueux prince soutint si dignement l'honneur, et que l'auguste nom de Bourbon soit grand à jamais et dans les cieux et sur la terre.

FIN DU HUITIEME VOLUME.

DES MATIÈRES

Contenues dans ce Volume.

NOTICE sur le discours qui a remporté le prix à l'aca-
démie de Dijon. (Par les nouveaux Éditeurs.).

DISCOURS

[ocr errors]
[ocr errors]

a remporté le prix à l'académie de Dijon, en
l'année 1750, sur cette question, proposée par la
méme académie : Si le rétablissement des sciences
et des arts a contribué à épurer les mœurs.

[merged small][ocr errors]

Pag.

12

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

LETTRE à M. l'abbé Raynal, auteur du Mercure de
France, tirée du Mercure de juin 1751, second
volume.

[ocr errors]

LETTRE de J.-J. Rousseau à M. ***, sur la réfutation
de son Discours par M. Gautier, etc.
RÉPONSE de J.-J. Rousseau au roi de Pologne, duc de
Lorraine, sur la réfutation faite par ce prince de
son discours.

DERNIÈRE RÉPONSE à M. Bordes.

[ocr errors]

48

52

67

98

LETTRE de J.-J. Rousseau, sur une nouvelle réfutation
de son discours par un académicien de Dijon. 134

[ocr errors]

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENS
DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES.

NOTICE Sur le discours de l'inégalité des conditions. (Par
les nouveaux Éditeurs.)

[ocr errors]
[ocr errors]

146

« PrécédentContinuer »